Sélectionné pour vous :  Justice : le ministre Charles Wright ordonne le gel des salaires de 15 magistrats grévistes

Pollution en milieu marin : Un spécialiste dégage les causes, les conséquences et propose des solutions (Interview)

À Conakry, des sachets plastiques, des pneus, des bidons sont visibles presque partout, notamment dans les marchés, les places publiques mais aussi et surtout les bordures de mer. Et, la mer rejette des tonnes de déchets majoritairement composés de plastiques. Selon le rapport de professionnalisation des déchets de 2018, Conakry produit plus de 1 000 tonnes de déchets par jour et plus de 300 tonnes de déchets plastiques sont potentiellement produits dans le grand Conakry. Pourtant, ces déchets plastiques dans la nature impactent le sol, les ressources halieutiques, mais aussi impactent la santé publique, selon certains observateurs.

Vu le visage que présente la nature à Conakry, un de nos reporters est allé à la rencontre de Abdoulaye Ibrahima Camara. Dans cette interview, l’enseignant chercheur au centre de recherche scientifique de Conakry-Rogbanè a abordé la question relative à la pollution en milieu marin, aux  conséquences de cette pollution avant de faire des recommandations.

Siaminfos.com : parlez-nous de la pollution du milieu marin ?

Abdoulaye Ibrahima Camara : Les différents rejets qui proviennent du continent, je veux parler de l’écosystème marin. On entend par pollution, tout rejet d’une substance de façon à atténuer ou à rendre les conséquences plus néfastes sur les ressources halieutiques. Il y a deux catégories de pollution. Il y a les pollutions qui se font de façon naturelle mais aussi les pollutions qui se font de façon anthropique, c’est-à-dire par les activités humaines.

Quelles sont les conséquences des déchets sur le milieu marin ?

Les conséquences sont énormes. Les sachets plastiques ne sont pas biodégradables. Une fois qu’ils se retrouvent dans le milieu marin et qu’ils sont dans le sédiment et que l’organisme aquatique ou les ressources aquatiques se nourrissent de ce sédiment là, ça se fait par bioaccumulation qui se trouve dans leur organisme et que l’homme consomme ces poissons ça peut porter préjudice. La pollution n’est pas catégorisée, c’est tout rejet. Il peut arriver parfois qu’on rejette des métaux lourds qui sont très toxiques pour la santé humaine.C’est un problème de santé publique dans le sens où ce que nous mangeons provient de la mer. Si la mer n’est pas protégée, on prend toute sorte de rejet, ça va porter préjudice à la santé publique.

Sélectionné pour vous :  Condamnation de Sékou Jamal Pendessa : Amnesty International exige la libération du syndicaliste

De quoi sont composés ces déchets marins ?

Les déchets au niveau des plages sont majoritairement composés de déchets plastiques de tous genres. Il y a tous les types de déchets plastiques. Toutes les 7 familles de déchets plastiques se retrouvent au niveau de la plage. Et ensuite, il y a des bouteilles qui viennent des brasseries, des pneus, des tissus, des mégots de cigarettes et, des tissus beaucoup d’autres.

Que peut-on retenir de la catégorisation des déchets toxiques ?

Les déchets toxiques sont classés selon leur degré de toxicité. Ce sont tous des métaux lourds mais à des degrés de toxicité différents. Une fois que ces déchets toxiques se retrouvent dans le milieu marin, ça peut affecter les organismes aquatiques. Il y a l’intoxication qui se fait de façon chronique, ça veut dire que l’organisme aquatique en magasine les rejets jusqu’à un certain seuil, ça peut créer des érections cutanées sur la peau, ça peut créer des maladies rénales. Il y a d’autres types de métaux qui sont mortels. Quand vous prenez le mercure, par exemple, une fois que ça se trouve dans le milieu marin, quand les poissons consomment, ils en meurent. Si par hasard nous tombons sur ça, ne connaissant pas la cause mortelle de ces poissons, une fois que nous consommons, ça peut être fatale pour nous.

Quelles sont vos recommandations ?

Il faudrait l’appui du gouvernement. Il faut que le gouvernement joue le rôle régalien. Deuxièmement, sensibiliser les citoyens parce que ce sont eux qui jettent ces déchets dans la mer.

 

Interview réalisée par Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Tel : 622750332

Laisser une réponse
Share to...