Sélectionné pour vous :  Labé : un jeune homme psychiatriquement défaillant tente de mettre fin à sa vie à l'aide d'un couteau 

Procès du 28 sept : Ce que sollicitent certaines parties civiles pour la réparation des dommages et préjudices 

Comme annoncé, la phase des réquisitions et plaidoiries du procès du massacre du 28 septembre a démarré ce lundi, 13 mai 2024. Et, une première catégorie de parties civiles a fait ses réquisitions.

Cette première catégorie de parties civiles conduite par l’avocat Maître Hamidou Barry a défendu la requalification des faits en crimes contre l’humanité en raison, dit l’homme en robe noire, de la gravité des infractions poursuivies.

Pour l’action publique, l’avocat a sollicité du Tribunal de retenir les 11 accusés dans les liens de culpabilité pour crimes contre l’humanité.

Pour l’action civile, il a demandé au Tribunal de recevoir la constitution de toutes les parties civiles de la première catégorie qu’il pilote. En conséquence, condamner solidairement les accusés au paiement des sommes entre autres :

Pour les cas des morts et des disparus, il a sollicité le paiement de 2 milliards de francs guinéens pour les ayants droits de chaque victime. Pour les cas de viols, l’avocat a demandé pour chaque personne 1 milliard 500 millions. Pour les cas de torture, de séquestration, d’arrestation et de détention illégale, il a également demandé 1 milliard 500 millions pour chaque victime. Pour les blessés de tout genre, l’avocat a sollicité 1 milliard pour chaque personne.

En outre, Maître Hamidou Barry a demandé à la condamnation solidaire des accusés à 20 milliards de francs guinéens à titre des dommages et intérêts. Et s’il y a eu condamnation, 1 million de francs guinéens d’astreinte par jour de retard dans le paiement. En plus, l’avocat a sollicité du Tribunal d’ordonner l’exécution provisoire de la décision en cas de condamnation.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Sélectionné pour vous :  Guinée forestière : 66 personnes vulnérables bénéficient d'un titre de prise en charge sanitaire
Laisser une réponse
Share to...