Sélectionné pour vous :  S'achemine-t-on vers une transition de 5 ans en Guinée ? : "On n'a pas d'engagement ferme de leur part que les élections auraient lieu même en 2025" (Cellou Dalein)

Suicide d’un candidat malheureux au BEPC à Macenta: « Il était revenu pour nous aider à préparer les obsèques de maman et il s’est suicidé »

Dans une interview exclusive accordée au correspondant de Siaminfos.com basé à N’Zérékoré, Charles Patrice Béavogui, grand oncle paternel de Blaise Kolouboï BÉAVOGUI, le candidat malheureux au BEPC session 2023 qui s’est suicidé à Macenta au lendemain de la proclamation des résultats du brevet d’études du premier cycle, a révélé des détails sur les circonstances de la mort du jeune élève de 19 ans.

« Moi, d’abord ma maman est décédée. C’est pourquoi il est revenu pour nous aider à préparer les obsèques et il s’est suicidé. Blaise Kolouboï BÉAVOGUI était chez moi. Il y a fait toute l’année. Après les examens, il est parti en vacances au village chez notre grand frère à Foloou dans la sous-préfecture de Daro. Quand la maman est décédée le 02 juillet, j’ai accompagné son corps à la morgue à N’zérékoré. Et dès mon retour, j’ai demandé à mon jeune frère, son père, de lui faire appel pour nous aider à nettoyer la maison avant les obsèques de maman. C’est ainsi que son papa l’a appelé pour lui dire que ta grand-mère est décédée, viens on va travailler dans la famille avant les funérailles. Ils ont donc défriché la route menant au lieu d’enterrement et ils ont rempli les trous. Quelque temps après, quelqu’un a dit que les résultats sont disponibles. Il demanda à sa tante de vérifier son PV par SMS Areeba. Avant même que celle-là n’obtienne une réponse, il est parti à l’école avec un de ses camarades qui est venu lui informer que les résultats sont affichés. Il est revenu voir son père, mon jeune frère en lui disant papa, je suis déçu, je n’ai pas encore eu mon BEPC. Celui-ci lui a prodigué des conseils mais il était là et ne parvenait plus à travailler. Il demanda ainsi à son Papa de le laisser se reposer. Il part donc dans sa chambre, rabat la porte et se suicida par pendaison, » explique son grand oncle paternel avec un ton d’amertume.

Sélectionné pour vous :  Pour pactiser avec le diable, la HAC va plus loin encore (Souleymane Souza Konaté)

Avant la découverte de son corps, le reste de la famille était occupé à organiser une messe pour la défunte mère. Une messe dirigée par un des frères venu de la France pour les funérailles de leur maman. C’est dans cette ambiance de prière le mardi, 04 juillet 2013 que la famille allait découvrir la surprise macabre qui l’attendait dans la chambre du jeune Blaise, poursuit notre interlocuteur.

« C’est quand les fossoyeurs ont demandé une machette au Papa de Blaise, que celui-ci se précipita vers la chambre du jeune pour prendre la machette qu’il disposait. Quand il a poussé la porte, il a vu Blaise suspendu. Il a crié au nom de Kolouboï. Mais on a 2 Kolouboï, l’autre est un peu dérangé mentalement, on a tous pensé que c’était lui. Il a fallu la précision d’une de nos sœurs pour qu’on comprenne que c’est le candidat au BEPC. J’ai donc refermé la porte afin d’informer l’autorité. »

Selon les dires de son grand oncle paternel, Presque tout le staff de Blaise a échoué au brevet d’études du premier cycle. Il se dit très surpris par l’acte posé par ce jeune qu’il qualifie de très respectueux. C’est pour cette raison qu’il lance un appel aux jeunes se trouvant dans des situations de stress.

« Je dirais aux jeunes que l’échec n’est pas mal en tant que tel. Dans la vie, il faut passer d’abord par l’échec pour réussir. Moi, personnellement, je suis passé par-là. Je demande aux jeunes de garder le sang froid et d’écouter les conseils », a lancé ce fervent fidèle chrétien de Macenta, résidant au quartier Moinlamidou dans la commune urbaine.

Agé de 19 ans, ce désormais ancien élève du collège Worgbomaï a été inhumé le même jour de sa mort dans une parcelle appartenant à son père, dans la commune urbaine de Macenta.

 

 

N’zérékoré, Lanceï Naboun pour Siamiinfos.com

Laisser une réponse
Share to...