Sélectionné pour vous :  Fête de l'indépendance : Lansana Kouyaté rend hommage à Sékou Touré et à tous les autres compagnons de l'indépendance

Ousmane Gaoul encourage Cellou à revenir au pays : « Quand ma maison a été brûlée par des militants du RPG en 2014, je n’ai pas quitté la Guinée »

Tout récemment, Cellou Dalein Diallo, leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a annoncé son retour prochain au bercail. Alors que les préparatifs vont bon train pour que cela soit effectif, le porte-parole du gouvernement rassure qu’il n’y a aucune restriction interdisant à l’ancien premier ministre de regagner le pays. A en croire Ousmane Gaoul Diallo, l’ancien Premier ministre n’est pas persécuté dans son pays.

Selon lui, son ancien collaborateur est libre de rentrer au pays quand il le voudra : « Personne ne lui a interdit de revenir en Guinée. Il est parti librement, il reviendra librement le moment venu, le moment qu’il aura choisi. Je pense qu’il n’y a pas de débat sur ça. Je ne suis pas au courant qu’il cherche des garanties ou pas. Je ne suis pas dans les négociations pour dire qu’il cherche des garanties ou pas. Ce que je sais, Cellou Dalein est parti ici librement, le jour qu’il décidera de rentrer, il y a aucune interdiction des autorités pour empêcher Cellou de rentrer en Guinée. Il viendra quand il voudra et dans les conditions qu’il voudra, cela dépend de lui, et je pense que c’est un droit personnel qu’il peut exercer au moment qu’il aura choisi. S’il y avait des dispositions de l’État pour interdire à Cellou de revenir au pays, on allait en faire un évènement », a-t-il martelé avant d’indiquer que Cellou Dalein n’est pas persécuté dans son pays :

« Le fait de casser son domicile n’est pas une persécution. Même s’il considère que c’est illégal, il y a des moyens de recours, c’est pas une persécution. C’est pas pour ça qu’il ne peut pas vivre en Guinée. Au moment où ça s’est fait, personne ne lui a dit que s’il restait en Guinée, on allait le tuer. Après, il a sa propre lecture de cet événement là qui lui permet de faire les déclarations qui sont les siennes. Quand ma maison a été brûlée en 2014, à Dabondy, je sais bien que c’est des militants du RPG arc-en-ciel à l’époque qui sont allés la détruire, je n’ai pas quitté la Guinée. Je n’ai même pas porté plainte », a-t-il fait savoir chez nos confrères de FIM FM.

Sélectionné pour vous :  Liga : sorti sur blessure face au Real, Mouctar Diakhaby envoie un message ‘’émouvant’’ à ses fans

 

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...