Sélectionné pour vous :  Kindia: 50 bales de moustiquaires imprégnées volées au centre de santé de Kenendé, un stagiaire pointé du doigt

Unification des inscriptions dans les écoles guinéennes : ce que pense la FSPE (Fédération syndicale professionnelle de l’éducation)

Pour freiner le mouvement des élèves ambulants et réduire le taux d’échec lors des examens nationaux, le ministre guinéen de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation a annoncé mercredi, des actions innovantes. Parmi lesquelles, figure l’unification des inscriptions dans toutes les écoles du pays. Mais, comment les acteurs éducatifs accueillent cette mesure ? Nous avons posé la question ce jeudi, 20 juillet au secrétaire général de la fédération syndicale professionnelle de l’éducation (FSPE). Pour Salifou Camara, c’est une bonne réflexion.

Guillaume Hawing envisage d’ informatiser les classes intermédiaires, pour affronter ainsi le mouvement incontrôlé des élèves redoublants. Son plan, c’est d’abord de faire en sorte qu’il y ait des inscriptions uniques dans toutes les écoles du pays. Une mesure que salue le secrétaire général de la FSPE.

« Nous constatons des dérapages très graves qui affaiblissent le système. Vous verrez un élève aujourd’hui qui peut quitter d’une école à une autre école sans ses moyennes et vous verrez des parents d’élèves qui peuvent falsifier les dossiers de l’élève pour pouvoir l’installer en classe supérieure. Alors qu’aujourd’hui, il y a des écoles qui ne reçoivent que lorsque l’élève passe un test extrêmement seré et les parents préfèrent envoyer l’enfant dans une autre école. Donc, si tout ce mouvement est contrôlé, je vous assure que beaucoup d’autres pratiques vont freiner dans notre système éducatif. Il faut donc encourager le ministre dans ce sens, parce que c’est une très bonne décision. C’est une décision qui va nous amener à connaître le mouvement de nos enfants, de nos candidats, de nos élèves en général. C’est une pratique qui nous permettra de mettre main sur tous les élèves, à obliger les enfants à apprendre, à compter sur leur propre effort », a-t-il indiqué.

Sélectionné pour vous :  Kankan : la promotion de la langue maternelle au centre d’un point de presse

Notre interlocuteur appelle donc tous les acteurs à soutenir le ministre dans cet élan.

« Il va falloir que dans l’ensemble, chacun puisse prendre des dispositions pour freiner cette pratique dans nos écoles. C’est un problème qui assaille aujourd’hui le système éducatif guinéen », a-t-il lancé.

 

 Cheick Fantamadi pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...