Sélectionné pour vous :  Recrutement de nouveaux fonctionnaires en Guinée : Fodé Baldé de l’UFR soupçonne un « enrichissement illicite » sur le dos des citoyens

Vers le recrutement des enseignants contractuels communaux en Guinée ? : cette mise au point du secrétaire général du ministère du Travail

Depuis un bon moment maintenant, les enseignants contractuels réunis au sein d’un collectif ne cessent de réclamer leur intégration à la fonction publique. Alors que les négociations tripartites se font en dents de scie, le secrétaire général du ministère du Travail et de la Fonction Publique a tenu à faire une mise au point. Devant les gouverneurs et préfets ce mardi, 12 septembre 2023, Aboubacar Kourouma a dit à qui veut l’entendre que le processus de recrutement des enseignants contractuels communaux ne se fera pas à la va-vite.

Sans passer par le dos de la cuillère, il a tenu à prévenir les administrateurs territoriaux sur comment le processus va se dérouler :

« Nous avons été très clairs avec le ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation. Il s’agit des contractuels communaux qui ont des contrats, des arriérés. Ils ont sollicité à ce qu’ils soient fonctionnarisés. On va changer leur statut de contractuels communaux en fonctionnaires, mais fonctionnaires de la fonction publique locale parce qu’il n’y a que les gouverneurs, préfets et maires qui puissent contrôler leur présence effective sur le terrain. Si on les engage au niveau de la fonction publique d’État, au niveau central, il y a des enseignants qui s’absentent des classes un ou deux mois nous ne sommes pas au courant. Ils sont au virement, dès qu’ils perçoivent leur salaire, ils s’en foutent. Quelqu’un peut être affecté à Senko, mais il s’assoit à Conakry. Pour éviter cela, on a mis dans le protocole d’accord que ce sont les enseignants contractuels communaux qui vont être recrutés au compte de la fonction publique locale. Ils auront le même statut que les fonctionnaires d’État, mais ils seront rémunérés par les collectivités locales », a-t-il martelé avant de poursuivre :

Sélectionné pour vous :  Guinée : le mouvement syndical prêt à négocier, mais pose des conditions

« Quand un enseignant s’absente de sa classe, les enfants sont dans la rue, vous êtes tout de suite au courant parce que vous voyez vos enfants dehors. Donc, ça sera plus facile de les contrôler. Nous avons reçu les listes. Certaines nous parlent de 17 000, 18 000, d’autres 19 000. Nous avons mis en place une commission mixte tripartite, les enseignants communaux vont être identifiés en situation de classe. Donc l’ouverture là va avoir lieu, nous passerons école par école pour nous assurer de la présence effective des enseignants et s’assurer que ceux que nous allons engager au niveau de la fonction publique locale sont ceux-là qui étaient effectivement en classe pour éviter l’injustice. Donc, ça a été l’accord que nous allons les biométriser pour assainir et fiabiliser la base de ces enseignants contractuels communaux », a-t-il indiqué.

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...