Sélectionné pour vous :  Célébration de la fête du Travail à Labé : le mouvement syndical fait plusieurs réclamations 

Violences lors du match Milo FC-Renaissance FC à Kankan : voici ce qui s’est passé, selon le coach Maléah Camara

En marge de la 12ème journée de la Ligue 1 Guicopress, le Milo FC recevait la Renaissance FC mardi, 03 avril au stade M’balou Mady Glao de Kankan. Une rencontre au cours de laquelle les deux équipes se sont quittées sur le score de 1-1. Malheureusement, cette rencontre qui avait pourtant bien commencé, a été émaillée de violences avec des blessures au niveau des joueurs et encadreurs, dans le Camp de la Renaissance.

Interrogé ce matin par nos confrères de Africasport TV, Mohamed Maléah Camara, entraîneur de Renaissance FC est revenu sur les circonstances de cet incident majeur.

« J’ai vu l’entraineur du Milo (Ismael Kaba) courir vers l’arbitre. Il y avait des joueurs qui entouraient l’arbitre, je pensais qu’il partait pour décanter. Mais lui aussi s’est mis à la danse. Il a provoqué les arbitres. Moi-même, j’ai dit coach il faut arrêter de faire ça. Il dit: non! ils (arbitres) ont l’habitude de nous voler ici. Cette fois-ci, je ne cautionne pas ça. Après, j’ai vu des supporters venir vers moi, j’ai essayé de me faufiler pour rejoindre le vestiaire le plus vite que possible. Le petit qui gardait notre vestiaire, lorsque les arbitres se sont échappés, les supporters se sont jetés sur le petit, ils l’ont blessé. Notre défenseur numéro 2 qui était en retard, ils l’ont frappé, déchiré son maillot et l’ont blessé. Dans le vestiaire, les cailloux rentraient de partout. C’était horrible, on est restés dans le vestiaire 45 minutes avant de sortir. On est sortis séparément. On a failli au règlement, on a quitté la nuit, on ne devrait pas quitter la nuit, mais on s’est débrouillés pour quitter la nuit pour éviter d’autres choses. On a envoyé à l’hôpital le petit qui était blessé », a expliqué coach Maléah.

Sélectionné pour vous :  Intervention militaire au Niger : « Il est intéressant qu'on essaye d'opter pour la voie pacifique que d'engager la violence » (Dr Ibrahima Sory ADC-BOC)

« L’entraineur est le premier responsable de l’équipe. Si l’entraîneur se met à bagarrer avec l’arbitre, ses joueurs l’accompagnent. S’il s’était comporté comme moi, cela ne serait pas arrivé », estime le coach.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...