Sélectionné pour vous :  Guinée : le gouvernement et la SEG lancent officiellement le 22e congrès de l'Association Africaine de l'Eau et de l'Assainissement 

4 morts lors de la manif du 05 septembre : L’activiste Mamadou Kaly Diallo dénonce la banalisation de la vie humaine en Guinée

4 morts et plusieurs blessés par balles, c’est le bilan définitif de la manifestation du 05 septembre dernier. C’est du moins ce qui a été annoncé par les Forces vives de Guinée, une plateforme composée d’acteurs politiques et sociaux qui a appelé à cette manifestation pour exiger entre autres le retour à l’ordre constitutionnel dans le pays. Le responsable du programme de la démocratie sans violances, baïonnette intelligente s’indigne face à ce qu’il qualifie de la banalisation de la vie humaine en Guinée.

Le bilan présenté par les forces vives de Guinée fait état de 4 morts seulement au compte de la manifestation du 05 septembre dernier. Des jeunes gens de moins de 20 ans, tous tués par balles réelles. Chose que déplore Mamadou Kaly Diallo, activiste des droits humains que nous avons interrogé ce jeudi, 07 septembre.

« Je condamne avec la dernière énergie, l’usage disproportionné de la force dans les opérations de maintien d’ordre en violation des règles standards qui régissent les principes de maintien et de rétablissement d’ordre, mais aussi en violation de la déclaration universelle des droits de l’homme en son article 3 qui stipule que tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. Et d’ailleurs, je précise que la charte pour faire des normes supérieures réitère une norme universelle qui dit qu’aucune situation d’exception ou d’urgence ne doit justifier la violation des droits de l’homme. Et qu’on enregistre des morts d’hommes, encore une fois, c’est regrettable », a-t-il déploré.

Plus loin, Mamadou Kaly Diallo dénonce la banalisation de la vie humaine en Guinée.

Sélectionné pour vous :  Mise à disposition du Bateau énergétique turc à la Guinée : « C'est l'un des contrats les plus déséquilibrés que je puisse voir » (DG EDG)

« Je dis que nous sommes sur une pante très dangereuse. On est en train d’aller vers la banalisation de la vie humaine en République de Guinée. Quatre morts, vous ne voyez pas l’indignation, vous ne voyez pas la compassion, alors que ce sont des citoyens guinéens », a-t-il fustigé.

Par ailleurs, ce défenseur des droits humains appelle les autorités à prendre toutes les dispositions afin d’identifier les présumés auteurs de ces tueries et de les traduire devant les tribunaux.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...