Sélectionné pour vous :  Demande de requalification des faits du massacre du 28 sept : ce qu'en dit Alseny Sall sur la décision du juge Ibrahima Sory 2 Tounkara

An 65 de l’armée guinéenne : À la rencontre des militaires à la retraite et des veuves de certains soldats décédés

Ce mercredi, 01 novembre 2023 marque le 65e anniversaire de la création de l’armée guinéenne. Une journée mise à profit par la rédaction de Siaminfos.com pour faire un zoom sur certains militaires à la retraite et des veuves des militaires décédés.

Jean Dougo Guilavogui, militaire à la retraite depuis le 31 décembre 2011, et âgé de 71 ans, célèbre ces 65 ans de l’armée guinéenne avec beaucoup de joie.

« Pour moi, c’est une très grande joie de fêter le 65e anniversaire de la création de l’armée guinéenne. Nous sommes là, nous sommes des réservistes. Au cas où l’armée aura besoin de nous, nous sommes prêts à répondre. Nous, on a été formés très dur, nous avons participé à beaucoup de combats en Guinée et ailleurs. Et, nous avons toujours été vainqueurs par la grâce de Dieu. J’ai été en Sierra Leone, je suis allé en mission au Liberia, en Guinée-Bissau. Lors de l’agression contre notre pays, j’ai participé à Pamelap, à Géuckédou », rappelle-t-il.
Dans cette interview accordée à notre rédaction, cet ancien militaire salue la bravoure de l’armée guinéenne et laisse un message à la jeune génération.

« L’armée guinéenne n’a pas peur, l’armée guinéenne à l’offensive, c’est la meilleure armée. Je souhaite bonne chance à la nouvelle génération. Je leur souhaite aussi l’endurance, la soumission et la discipline dans l’armée. Parce que la discipline c’est la force principale des militaires. Avec la discipline, on peut tout vaincre », a poursuivi notre interlocuteur qui avait à ses côtés des femmes militaires à la retraite et des veuves des militaires.

Sélectionné pour vous :  Condamnation des manifestantes au TPI de Kankan: « Ceux qui pensent que c'est politique, c'est leur affaire » Procureur Diomandé)

Ramatoulye Traoré, veuve de feu colonel Abdoul Karim Bangoura qui a servi au camp Almamy Samory Touré, décédé en 2008, garde encore les souvenirs de son défunt mari.

« Mon mari a passé un temps dans l’armée. Quand tu voyais mon mari dans sa tenue, c’était vraiment agréable à voir. C’était un beau gars, bien arrêté. Je suis entourée par ses amis et les enfants et la famille », indique Ramatoulye Traoré.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...