Sélectionné pour vous :  Musèlement de la presse en Guinée : « Cette menace vise les équilibres de la République », révèle Aliou Bah

Charles Wright à la barre : « Je ne reconnais pas ces faits qui me sont reprochés » 

Après son ouverture hier jeudi, le procès dans l’affaire opposant Oumar Sylla alias Fonikè menguè, Billo Bah, Sékou Koundouno et compagnie, tous responsables du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) contre le ministre de la justice Alphonse Charles Wright s’est poursuivi ce vendredi, 23 juin 2023 devant le Tribunal de première instance de Dixinn délocalisé dans l’enceinte de la Cour d’appel de Conakry.

Dès l’ouverture de l’audience, Alphonse Charles Wright a été appelé à la barre. Après vérification de son identité, il lui a été signifié les faits qui lui sont reprochés. En réplique, le prévenu a rejeté catégoriquement les faits mis en charge. « Monsieur le président, je ne reconnais pas les faits qui me sont reprochés », a-t-il brièvement lancé.

Prenant la parole, Maître Salifou Béavogui, avocat de la partie civile a sollicité un renvoi de l’affaire pour, dit-on, lui permettre de préparer la défense de ses clients. Pour lui, « un procès précipité est un mauvais procès ». Une demande qui a mis en colère le parquet et les avocats de la défense. Le procureur Algassimou Diallo et Maître Lancinè Sylla de la défense ont sollicité le rejet systématique de cette demande de renvoi.

Après avoir entendu toutes les parties, le président du Tribunal a rejeté la demande de renvoi de la partie civile et a ordonné l’ouverture des débats.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Sélectionné pour vous :  Climat tendu entre la presse privée et la junte guinéenne : « Cette folie liberticide du CNRD vise deux choses essentiellement » (Souleymane Souza Konaté)
Laisser une réponse
Share to...