Sélectionné pour vous :  Le CNRD se dirige-t-il vers son déclin ? : Aliou Bah révèle un comportement similaire entre l’entourage de Dadis et celui de Doumbouya

Bisbilles au sein des structures de jeunesse de Siguiri: le préfet Maramani Cissé tente la médiation

À la faveur d’un point de presse tenu dans la grande salle de conférence de la préfecture de Siguiri ce vendredi, 17 novembre 2023, le préfet de Siguiri, Dr Maramani Cissé a tenté de résoudre la crise qui mine depuis des années les deux structures de la jeunesse. Ces bisbilles, selon nos informations qui existent entre le directeur préfectoral de la jeunesse et le directeur communal de la jeunesse ont carrément opposé toute la jeunesse de la préfecture de Siguiri.

Prenant la parole, le préfet de Siguiri a invité les deux jeunes leaders à se soumettre chacun aux textes de loi sans quoi il prendra toutes les dispositions utiles.

 »Depuis que je n’étais pas arrivé à la tête de la préfecture, ce problème existait déjà. Donc, j’ai fait appel aujourd’hui des hommes de médias et les principaux concernés afin que ce conflit inutile puisse prendre fin aujourd’hui car ça commence maintenant à devenir un obstacle qui freine tout développement au niveau de la jeunesse. Déjà, j’ai fait la lecture concernant la structure de la jeunesse de notre pays et cela pour situer et éclairer la lanterne des principaux concernés. À partir de l’instant, si cette guéguerre ne prend pas fin maintenant là, je vais envoyer mon rapport aux chefs hiérarchiques pour une prise de décision finale car personne n’est indispensable ici à Siguiri », a laissé entendre le préfet.

Pour sa part, le directeur préfectoral de la jeunesse (DPJ ) Moussa Nagnalen Sacko, s’est dit prêt à instaurer la paix entre les jeunes à Siguiri, mais ne reconnaîtra pas une structure de la jeunesse qui n’existe pas dans les autres préfectures du pays.

 »Moi je suis pour la paix et la quiétude sociale entre les jeunes de Siguiri et ça a toujours été ma vocation. Mais une structure de la jeunesse qui n’existe pas dans les autres préfectures du pays sauf seulement à Kankan, véritablement parlant, je ne suis pas prêt à cautionner cela. Dans les conditions normales, la direction communale de la jeunesse ne devrait pas exister . Parmi les 33 préfectures du pays, ça n’existe qu’à Kankan seulement et cette structure illégale de la jeunesse commence déjà à devenir un véritable obstacle qui freine tout notre développement au niveau de la jeunesse. Donc j’invite les autorités à tous les niveaux à revoir cela pour le bien de la jeunesse de Siguiri », a déclaré le DPJ.

Sélectionné pour vous :  Adoption des statuts de la Féguifot : « Est-ce que c'est parce qu'il y a eu pression de la part du gouvernement », s'interroge un journaliste sportif

De son côté le directeur communal de la jeunesse, Aboubacar Koloden Diawara dit être prêt à travailler avec le DPJ pour le bien de la jeunesse de Siguiri.

 »Moi, je remercie aujourd’hui monsieur le préfet qui a pris cette initiative de nous réunir afin de trouver une solution définitive à cette crise qui perdure. Déjà, c’est un grand pas que nous franchissons aujourd’hui. Pour la petite histoire monsieur le préfet, moi j’ai toujours travaillé avec le DPJ par le passé et j’étais toujours dans son bureau. Mais malheureusement, les choses se sont mal tournées à la fin et comme nous ne sommes pas là à parler de tout ça, donc je dis devant vous monsieur le préfet que désormais je reste et resterai à la disposition du DPJ pour le bien de notre jeunesse qui ne mérite pas une telle division », a martèlé le DCJ.

 

Siguiri, Mamadou Koumana Diallo pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...