Sélectionné pour vous :  Elhadj Tidiane Koula, président des cambistes : "Depuis l'arrivée du CNRD, on n'a jamais eu une crise de devises au marché ni à la Banque centrale"

Boubacar Siddighy Diallo interpelle Doumbouya et cie : « Ils ne doivent pas s’accommoder au confort du pouvoir au point d’oublier leur mission »

De plus en plus, plusieurs acteurs sociopolitiques soupçonnent le chef de la junte guinéenne et ses hommes de vouloir s’éterniser au pouvoir. Les Forces Vives de Guinée (FVG) mettent la pression sur le pouvoir de Conakry pour un retour à l’ordre constitutionnel. Et Boubacar Siddighy Diallo, président du parti UMP, invite le colonel Mamadi Doumbouya et compagnie à ne pas prendre goût du pouvoir.

Dans un « franc-parler », le politique a tenu à mettre le point sur le ‘’i’’ : « On ne va pas leur donner le temps de rester pour le confort du pouvoir, on n’a rien à balancer qu’il ait 1 000 ans de pouvoir s’ils n’ont rien à faire, on ne va pas les soutenir. Mais si ce qu’ils font s’inscrit dans une logique de développement et c’est directement ressenti par les Guinéens à une large mesure, je crois que ce qu’on cherche dans les modes de gouvernance, c’est d’avoir le bien-être, la sécurité, les services sociaux et la capacité d’apprendre et de vivre dignement de ses efforts. C’est ce qu’on demande à un État, ce n’est pas de nourrir chaque citoyen ou de lui brocher les dents », a-t-il rappelé avant de poursuivre :

« Ce que je conseillerai au CNRD, c’est de ne pas s’accommoder au confort du pouvoir au point d’oublier leur mission. Lorsque vous êtes en mission de travail, il y a plus de douleurs que d’avantages. Mais quand ils constatent qu’il y a plus de plaisir que de douleurs, ils doivent se remettre en cause, comprendre qu’ils ne sont pas en train de poser des actes utiles. Mais lorsqu’ils sentent le poids de ce qu’ils sont en train de faire, ça veut dire qu’ils sont dans le bon sens. Ce que je leur dis, c’est d’évaluer les gens qu’ils mettent aux commandes du pays et de leur donner des missions et d’évaluer. Lorsque sur une échelle de 1 à 10, un ministre n’a fait que 2, 3 ou 4, mais on le remercie pour mettre un autre. Mais lorsqu’ils s’accommodent à des gens qui viennent chanter leur louange et les laissent là-bas sans résultat, ils ne peuvent plus faire la refondation et personne ne les soutiendra », a-t-il indiqué.

Sélectionné pour vous :  Palais Mohamed V : les administrateurs territoriaux reçus par le colonel Doumbouya

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...