Sélectionné pour vous :  Marché central de Labé : une sexagénaire venue acheter des marchandises tombe et m€urt sur place 

Conakry : des jeunes de Gbessia Cité de l’air descendent dans la rue pour réclamer leur terrain de football

Une manifestation spontanée a eu lieu dans l’après-midi de ce samedi, 26 août 2023, à Gbessia Cité de l’air, dans la commune de Matoto. En cause, des jeunes en colère sont descendus dans les rues pour réclamer leur terrain de football. Visiblement déterminés, ils ont promis d’aller jusqu’au bout.

Fassou Mathias Sagno, l’un des meneurs du mouvement, a dénoncé l’attitude des autorités locales : « On nous a sous-titré notre terrain pour aucune cause administrative et crédible, c’est pourquoi nous sommes là pour revendiquer la cause de la jeunesse parce que nous sommes une jeunesse sans activité culturelle et sportive. Nous voulons être entendus par l’autorité suprême, nous avons mené les démarches au niveau de la Primature mais nous n’avons pas encore été répondus. Nous souhaitons être entendus et écoutés par l’autorité suprême, nous voulons être rétablis dans nos droits. Au cas contraire, nous allons rester dans la rue jusqu’à ce que l’autorité nous appelle pour des raisons valables », a-t-il décalé avant que Tenin Mady ne renchérisse :

« Plusieurs équipes ont été dépossédées de leur seul terrain de football, nous réclamons notre terrain de football. Nous sommes sortis pour réclamer notre terrain, au cas contraire les autorités seront responsables de ce qui adviendra. De manière pacifique, nous réclamons notre terrain mais ils n’ont toujours pas voulu accéder à notre revendication. Le maire Mamadouba Toss Camara est au courant de tout ce qui se passe. Si on n’a pas notre terrain, il sera le responsable de ce qui adviendra à Gbessia Cité de l’air. Les membres du bureau de quartier sont au courant également de ce qui se passe, ils ne veulent pas qu’on ait notre terrain parce qu’on a de l’espace qui est disponible juste derrière. On ne peut pas installer une usine de raffinerie d’or en plein cœur de la capitale sans aucune étude sur l’impact environnemental. On ne peut pas cohabiter avec l’usine de raffinerie d’or avec plus de 20 000 âmes dans le quartier et à quelques mètres de l’aéroport Ahmed Sékou Touré. Si on n’a pas le terrain pour cette fois-ci, la semaine prochaine on va essayer de sortir d’une autre manière », a-t-il prévenu.

Sélectionné pour vous :  Mort par noyade de six candidates au CEE à Kouroussa : la CNEG "attristée" par le drame

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...