Sélectionné pour vous :  Incendie de Kaloum : 72 heures après, de nombreux Guinéens déplorent le silence de cathédrale de Mamadi Doumbouya

Appel au dialogue du ministre du Travail au Mouvement Syndical Guinéen : « On est prêts à discuter en conformité avec nos principes » (Aboubacar Soumah)

Dans un courrier en date du 7 février et dont copie est parvenue au desk de Siaminfos.com, le ministre guinéen du Travail et de la Fonction Publique a accusé réception du préavis de grève du Mouvement Syndical Guinéen (MSG). Julien Yombouno a mis l’occasion à profit pour porter à la connaissance dudit mouvement que le Conseil national du dialogue social (CNDS) a été saisi de l’affaire, et a invité le MSG a venir discuter autour de la table. Interrogé par notre rédaction dans l’après-midi de ce jeudi, 8 février 2024, le secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) s’est montré favorable à cette main tendue du gouvernement.

Aboubacar Soumah puisqu’il s’agit de lui, nous a confié qu’ils resteront accrochés à leurs points de revendications : « Cette institution (CNDS, ndlr) est mise en place dans le cadre de l’application des protocoles d’accord qu’on signe avec le gouvernement. Aujourd’hui avec le préavis que nous avons déposé, le gouvernement juge utile que nous rencontrions le CNDS afin que nous puissions débattre de ce problème, on viendra. De toutes les façons notre position est très claire. Les points de revendications que nous avons indiqués dans le préavis restent maintenus parce que c’est la conjoncture. Nous insistons à ce que non seulement Pendessa soit libéré, mais aussi les causes pour lesquelles il a été enfermé que tout ceci soit satisfait. Et que les prix des denrées alimentaires baissent. C’est un nouvel élément qu’on a introduit dans notre plateforme revendicative. Donc, nous viendrons insister sur tous ces points contenus dans le préavis de grève. Nous viendrons avec détermination avec les secrétaires généraux et la commission de négociation pour les écouter et essayer de passer nos revendications. En tant que syndicalistes, nous ne reculerons pas devant qui que ce soit. On est prêts à discuter en conformité avec nos principes pour que nos revendications aboutissent. Il y a un délai qui court, si on parvient à trouver une issue favorable, dans le cas échéant, les dix jours terminés, on déposera un avis de grève », a-t-il prévenu avant de poursuivre :

Sélectionné pour vous :  Guinée : Le chef de la junte élevé à la dignité de général de corps d’armée

« Je ne peux pas dire que je ne crois pas à la sincérité de cette main tendue du gouvernement d’autant plus qu’ils ont eu la volonté manifeste de nous appeler à un dialogue, nous allons venir. C’est autour de la table que nous pourrons savoir. De toutes les façons, les protocoles précédents indiquent qu’on peut avoir un peu de confiance en eux parce que nous venons de signer le protocole d’accord qui a accordé les 30% dont les 20% devaient être appliqués à la fin du mois de janvier, cela est fait, c’est une illustration quand même de leur bonne volonté. Si de toutes les façons il y a faillite, nous allons réagir. J’espère que nous allons obtenir gain de cause parce qu’ils acceptent le dialogue. On a l’espoir d’aboutir à la satisfaction de ces points », a-t-il espéré.

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...