Sélectionné pour vous :  Ismaël Condé s'en prend au parti de Sékou Touré : "Ce PDG-RDA n'obéit qu'à l'idéologie de la recherche de la place et de l'argent"

Début des épreuves du CEE à N’Zérékoré : Le gouverneur de région invite les candidats à plus de sérénité

Ils sont au total 43 855 candidats dont 18 444 filles qui affrontent les épreuves du Certificat d’études élémentaires (CEE) cette année dans la région administrative de N’Zérékoré. Pour la première journée de cet examen d’entrée en 7e année, c’est le gouverneur de région qui a présidé la cérémonie de lancement de l’épreuve de rédaction. Lamine Keïta avait à ses côtés les autorités éducatives dont l’inspecteur régional de l’éducation de N’Zérékoré.

Prenant la parole, le premier représentant du ministère de tutelle dans la région Gbato Donzo, a livré quelques statistiques : « C’est un départ, mais je sais que le niveau de préparation est très appréciable. Partout où je suis passé les dispositions sont prises pour que l’examen se passe très bien. La consigne de monsieur le ministre est bien respecté. Nous ne sommes pas en compétition pour les résultats, mais nous sommes en compétition pour l’organisation. Je me dis que les candidats sont aussi sereins. Au niveau de la région administrative de N’Zérékoré, nous avons en tout 43 855 candidats dont 18 444 filles. Dans cet effectif, nous avons 3 509 pour le franco arabe dont 871 filles, repartis entre 170 centres et ils vont occuper 1 482 salles de classes. Tout candidat veut réussir, mais ce que nous demandons aux candidats, c’est de réussir dans l’égalité sans tricher. Si on doit échouer, on échoue dans l’honneur ».

Après avoir regretté le rappel à Dieu d’un candidat, le gouverneur a invité les autres candidats à plus de sérénité : « D’abord, pendant le lancement des épreuves, j’ai constaté l’absence d’un candidat, qui est décédé, donc je suis très désolé. Au nom du président de la République, je présente les condoléances les plus attristées à la famille éplorée pour que son âme repose en paix. J’invite les candidats à la sérénité dans l’examen, et que les gens puissent s’occuper réellement du sujet qui va être donné, se fonder sur ce qu’on appelle la réflexion, le respect de l’éthique et de la déontologie du système éducatif guinéen. Qu’il n’y ait pas de tricherie, chacun pour soi Dieu pour tous>>, a-t-il conseillé.

Sélectionné pour vous :  Près de 6 mille milliards pour le retour à l’ordre constitutionnel : « Ça ressemble plus à une rançon qu’à un budget », fulmine Étienne Soropogui

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com 

Tél. : 627 56 46 67  / 660 23 01 03 

 

E-mail : souaremohamedlamine56@gmail.com

Laisser une réponse
Share to...