Sélectionné pour vous :  Retrait des médias guinéens du bouquet Canal+ : la HAC met en demeure la direction générale d'Espace TV de cesser la diffusion de ses programmes sur TELESUD (décision)

Décès d’une femme après une opération chirurgicale dans une clinique à Labé: le Directeur préfectoral de la Santé sort de son silence

Après le décès d’une femme dans une clinique privée de Labé suite à une opération chirurgicale, les autorités sanitaires se font voix et comptent sévir si toutefois l’erreur médicale est avérée. Le Directeur Préfectoral de la Santé de Labé interrogé par le correspondant régional de Siaminfos.com dit avoir été surpris de constater que la clinique Djogoma incriminée dispose d’une salle d’opération. Et, des enquêtes approfondies sont en train d’être menées pour situer les responsabilités, déclare-t-il.

Selon le Directeur Préfectoral de la Santé de Labé, c’est à travers la presse locale qu’il a été informé de cette situation. Dr Sékou Sylla a fait savoir qu’ils ont déjà ouvert des enquêtes pour situer les responsabilités dans cette affaire.

« C’est à travers la presse que j’ai été informé de ce cas de décès. Immédiatement, l’Inspecteur régional de la santé m’a instruit de me rendre sur les lieux pour voir ce qui s’est passé. Avant de m’y rendre, j’ai appelé le propriétaire de la clinique « Diogoma » qui est incriminée. Une clinique dirigée par Docteur Bah. Mais ce dernier m’a dit qu’il va vers Boké pour assister à deux décès. Donc à son retour, nous allons le rencontrer pour l’écouter. Mais au téléphone déjà, il m’a dit que c’est une femme qui lui a été référée à partir de Dinguiraye. Il a programmé la femme et il l’a opérée. La suite opératoire a été favorable selon lui parce que la femme est sortie indemne et s’est retournée à Dinguiraye. Mais une fois arrivée à Dinguiraye, la femme a développé encore un autre symptôme abdominal. C’est ainsi qu’elle a été envoyée à Kamsar où ils l’ont examinée et ils ont voulu faire l’abdomen sans préparation. Mais en commun accord avec Docteur Bah qui a été le premier médecin à opérer la dame, ensemble, ils se sont dit que la femme peut faire l’abdomen sans préparation. C’est après cette intervention, que la patiente a dit qu’elle est fatiguée qu’elle va se reposer. C’est là-bas qu’elle a trouvé la mort, d’après les informations que j’ai reçues de Docteur Bah de la clinique Diogoma », a expliqué Docteur Sékou Sylla, DPS de Labé.

Sélectionné pour vous :  Retrait des médias guinéens du bouquet Canal+ : la HAC met en demeure la direction générale d'Espace TV de cesser la diffusion de ses programmes sur TELESUD (décision)

Plus loin, Docteur Sékou Sylla a laissé entendre qu’il a été surpris de constater qu’il y a une salle d’opération dans cette clinique avant de préciser qu’il n’est pas normal de tenter sur la vie de quelqu’un :

« Je suis allé là-bas à la clinique « Diogoma « . Mais moi, je n’avais pas su qu’il y avait là-bas une salle d’opération. C’est maintenant que je l’ai su. J’attends que le propriétaire de la clinique soit de retour pour approfondir les enquêtes. Il faut que la hiérarchie soit respectée. On ne peut pas continuer à avoir des décès comme ça. Si une clinique sait qu’elle ne peut pas faire des opérations, il faut référer les patients. Mais le plus souvent, ils disent à cause de l’argent qu’ils peuvent faire quelque chose qui ne relève pas de leurs compétences. C’est de créer des problèmes. On ne peut tenter quelque chose sur la vie de quelqu’un, c’est très grave. Si c’est une erreur médicale, je vais m’adresser à l’Inspecteur régional de la santé, il va me dire ce qu’il faut faire », a laissé entendre Docteur Sekou Sylla, le DPS de Labé.

 

Labé, Bachir Diallo pour Siaminfos.com.

Laisser une réponse
Share to...