Sélectionné pour vous :  Un convoi de Guinéens affronte la route pour aller soutenir le Syli de Guinée : "Nous allons en Côte d'Ivoire pour prendre la coupe"(chef de mission)

Macenta : tenue des journées de déclaration publique d’abandon des MGF à Bofossou

Depuis le 25 novembre, les défenseurs des droits des femmes sont mobilisés pour dénoncer les violences faites à cette couche. Dans la sous-préfecture de Bofossou, nous sommes à Macenta, les communautés procèdent à une déclaration publique d’abandon des MGF et mariage précoce. C’est le résultat de plusieurs mois de campagne de sensibilisation menée par le ministère de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes avec ses partenaires.

 

Sur la nationale numéro 2 Conakry -N’zérékoré, la sous-préfecture de Bofossou, par cet acte déclare officiellement la fin des mutilations génitales féminines et mariage d’enfants. 64 villages adhèrent ainsi à l’idée d’abandonner systématiquement toute forme de violences faites aux femmes et filles.

“Après avoir décidé d’abandonner les mutilations génitales féminines, il faut veiller à l’application correcte des dispositions qui ont été prises ici pour pouvoir non seulement protéger nos filles mais également protéger les femmes contre les mariages précoces et forcés », a lancé Lamine Kéïta, Gouverneur de la région administrative de N’zérékoré.

Traduire cet engagement historique en acte est désormais le défi qui se présente aux communautés de Bofossou après leur engagement solennel.

“À partir de ce moment, le plus important sera vraiment de veiller à ce que cet engagement reste et se traduise dans le comportement au quotidien des familles, des leaders de cette communauté pour faire en sorte que toute pratique néfaste à commencer par l’excision n’est plus lieu au sein de la communauté de Bofossou”, a souhaité Francesco Galtieri, représentant pays de l’UNFP.

Les couteaux d’excision étant déposés publiquement, certaines familles sont regroupées en des associations d’épargne et de crédit afin de maintenir l’élan amorcé, indique Mohamed Mariam Kéïta est l’inspecteur régional de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables de N’zérékoré.

Sélectionné pour vous :  Urgent : le SPPG et ses partenaires défient les autres associations et maintiennent le mot d'ordre de journée sans presse (Communiqué)

“En 21 semaines de mobilisation, ces familles modèles ont pu épargner 30 millions, 385 mille francs guinéens. C’est l’épargne de 5 associations familiales d’épargne et de crédit pour l’abandon de l’excision au niveau de Bofossou.”

Pour encourager ces familles modèles, des machines multifonctionnelles leur sont offertes par le ministère de la promotion féminine, de l’enfance et des personnes vulnérables.

 

N’zérékoré, Lanceï Naboun pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...