Sélectionné pour vous :  EDG a-t-elle bénéficié d’une augmentation vertigineuse de sa subvention ? : irrité, le ministre Mory Condé descend les détracteurs de la société

Dégradation de l’environnement, cause principale des délestages en Guinée ? : Aliou Bah du MoDel invite les décideurs publics à une prise de conscience

Depuis plusieurs semaines maintenant, plusieurs quartiers du pays connaissent des délestages sans précédent. La baisse du niveau d’eau dans les barrages, la consommation irrationnelle de l’électricité par certains citoyens ou encore la corruption qui mine le secteur, sont souvent évoquées comme étant les principales causes de cette situation. Aux dires du président du Mouvement démocratique libéral (MoDel), la cause peut bien être ailleurs.

Aliou Bah puisque c’est de lui qu’il s’agit, pointe un doigt accusateur sur la façon dont l’État gère l’environnement : « Nous ne pouvons détruire l’environnement par l’inaction et l’irresponsabilité, et s’étonner que les cours d’eau tarissent au point d’en faire une explication du délestage électrique et de certains problèmes de santé publique. Il est donc important de poser un véritable diagnostic sur le rôle des institutions et des citoyens. De quoi s’agit-il ? Le meilleur indicateur des priorités de la politique publique c’est le budget, autrement appelé loi de finances. Il comporte toutes les prévisions annuelles en besoins et activités d’un pays », a-t-il martelé avant de poursuivre :

« Rien qu’à y constater l’écart entre les ressources financières allouées au secteur de l’environnement et celles de la présidence de la République, on se fait une idée claire de nos ambitions. Cela signifie qu’entretenir le train de vie des personnes improductives (budget de souveraineté et charges de fonctionnement), est plus important que faire du reboisement et de la gestion des déchets qui contribuent à améliorer la qualité de vie des citoyens. Même dans l’attribution des postes ministériels, le secteur de l’environnement fait partie des moins sollicités à cause du langage ordinaire des fonctionnaires corrompus et mal inspirés qui disent “il n’y a rien là-bas…”; c’est-à-dire le budget alloué étant maigre, donc il n’y a pas beaucoup à grignoter », estime-t-il avant de conclure :

Sélectionné pour vous :  Makanera Kaké s'enorgueillit du bilan d'Alpha Condé: "Quand nous étions là, y avait Internet et le courant 24h/24"

« Et pourtant les enjeux environnementaux liés à la pollution industrielle et ménagère, sont devenus la priorité des préoccupations des décideurs publics conscients et ambitieux pour le bien-être de leurs populations; d’où la problématique du développement durable qui non seulement est devenue une filière d’étude prisée, mais surtout un secteur a forte intensité capitalistique (potentiel d’investissement très élevé). Donc avec des idées claires et des projets sérieux, ce secteur peut être la base du bien-être des populations au nom desquelles on parle de développement en longueur de journée sans qu’elles n’en soient bénéficiaires. »

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...