Sélectionné pour vous :  PM Bah Oury à Kankan: "Nous voulons que la presse accompagne les fondamentaux d'un réel changement en Guinée"

Déguerpissement à la cité des fonctionnaires de Coleah : les occupants sommés de quitter les lieux partagés entre colère et désespoir

Sauf changement de dernière minute, les occupants de la cité des fonctionnaires sise à Coleah sont sommés de libérer les lieux d’ici ce dimanche, 9 juillet 2023. Selon nos informations, un huissier de justice leur a remis un document pour la caution. Interrogés ce samedi, 8 juillet 2023, les personnes concernées ont fait part de leur colère.

Trouvée devant sa porte, Dico Camara ne sait plus à quel saint se vouer désormais :

« Avant-hier nuit, un huissier de justice est venu nous remettre un document relatif au déguerpissement des concessions sans délai. Le lendemain, tout le monde cherchait à déménager. Entre temps, des gendarmes sont venus voir si les gens ont commencé à quitter les concessions parce que dimanche, qu’ils vont démolir les maisons. Vers 14 heures, le directeur du patrimoine bâti qui est venu avec deux de ses agents pour nous dire qu’il a ordonné personne de nous faire quitter. Que de ne pas considérer ce qui s’est dit, que de rester jusqu’au mois de septembre. C’est normal qu’on quitte, parce que c’est un domaine de l’État. Mais la manière par laquelle ils procèdent est anormale », a-t-elle dénoncé.

Même son de cloche chez Kèmoko Keita qui se dit irrité aujourd’hui par cette décision. Contrairement à ses colocataires, il a du mal à trouver un autre logement :

« Je m’apprêtais à libérer la concession fin septembre. C’est avant-hier qu’on a reçu l’avertissement d’un huissier nous demandant de libérer les lieux. Il y en a qui ont eu des logements ailleurs contrairement à moi. On nous a dit de tout faire pour libérer les lieux parce qu’ils vont commencer le déguerpissement ce dimanche. Cela m’a vraiment étonné quand j’ai vu le document de l’huissier nous demandant de libérer les lieux sans délai. Avec l’armée, on a tous peur maintenant. Nous demandons à l’État de nous accorder un temps jusqu’au 30 septembre, le temps pour nous de chercher d’autres concessions », nous-a-t-il confié.

Sélectionné pour vous :  Boké : immersion dans l'enfer des citoyens de Bakidera, obligés chaque jour de traverser le fleuve Rio Nunez pour le centre-ville

Reste à savoir maintenant si le Patrimoine bâti va sursoir à cette décision conformément au communiqué du ministre de la Justice, Alphonse Charles Wright.

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...