Sélectionné pour vous :  Sadibou Marong de RSF tire la sonnette d'alarme : "Il ne faut pas tuer le journalisme en Guinée"

Le PM Bah Oury sur la crise d’électricité en Guinée : « Il ne faut pas pour aujourd’hui satisfaire tout et sacrifier l’avenir »

Ces derniers temps, des émeutes relatives au manque d’électricité ont été signalées à maints endroits de Conakry et l’intérieur du pays. A Kindia par exemple, des cas de morts ont été signalés. Dans le but d’informer l’opinion publique par rapport aux démarches qu’il est entrain d’entreprendre pour améliorer la desserte du courant à Conakry, le Premier ministre guinéen a animé un point de presse ce mercredi, 13 mars 2024 au porte-parolat du gouvernement.

Amadou Oury Bah a mis l’occasion à profit pour mettre le point sur le ‘’i’’ : « L’idée d’avoir un bateau avec les centrales qui étaient privilégiées, mais entre nous ce projet est relativement coûteux parce que cela nous obligerait en même temps de ravitailler ce bateau. Je crois savoir, il faut louer le bateau, l’approvisionner en carburant, pour la production de l’électricité. Il y a d’autres alternatives qui sont en train d’être explorées. Lorsque les procédures techniques, réglementaires seront terminées, il va de soi ça nous permettra de communiquer à tous les résultats de ce que nous obtiendrons comme moyens d’assurer une production d’environ 150 mégawats pour satisfaire la demande surtout du grand Conakry. Il y aura des arbitrages, des discussions et les acteurs principaux que sont le ministères de l’Énergie, l’EDG et les cadres qui sont autour y compris les autres responsables des autres départements ministériels notamment les conseillers de la Primature et de la Présidence vont travailler d’arrache-pied pour très rapidement nous donner un résultat fiable qui doit conforter notre volonté de satisfaire les besoins de la population surtout dans ce période de sécheresse et de Ramadan. Deuxièmement, tenir en compte la nécessité d’utilisera avec intelligence et parcimonie, les ressources dont nous disposerons pour ne pas entrer dans un cycle où nous dépensons beaucoup qui empêchera des investissements futurs pour nous sortir de cette période relativement mitigée. Les deux contraintes doivent être prises en compte. Il ne faut pas pour aujourd’hui satisfaire tout et sacrifier l’avenir. Nous devons sortir de cycle infernal où malgré toutes nos potentialités la Guinée a des problèmes de déserte en électricité », a-t-il martelé.

Sélectionné pour vous :  Nouvelle constitution guinéenne : le conseil supérieur de la magistrature veut que la loi sur la liberté de la presse soit mise en exergue

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

 

 

 

Laisser une réponse
Share to...