Sélectionné pour vous :  Nouvelle constitution guinéenne : le conseil supérieur de la magistrature veut que la loi sur la liberté de la presse soit mise en exergue

Dr Ben Youssouf Keïta aux détracteurs du CNRD : « On ne peut pas arrêter le développement de la Guinée soi-disant que c’est la transition »

Plus le temps passe, plus la junte guinéenne prend de nouvelles décisions. Le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation a annoncé la création de nouvelles communes et préfectures dans le pays. Si certains acteurs socio-politiques guinéens non des moindres estiment que la transition n’est pas faite pour développer un pays, d’autres pensent le contraire. C’est le cas notamment du président de l’Alliance pour le Changement et le Progrès.

Selon Dr Ben Youssouf Keita, l’administration est une continuité : « Il y a une volonté politique, tout est géré par la politique. C’est le ministre de l’Administration du Territoire qui procède à la décentralisation, mais dans le bon sens. Selon les propres déclarations du ministre que j’ai suivi sur la télévision nationale, les dispositions financières sont prises pour que ces communes soient des réalités et qu’elles puissent fonctionner. Si cela est, ça rapproche la population de l’administration. Par exemple, nous vivons aujourd’hui à Lanbangni, mais pour avoir des documents administratifs, il faut se déplacer jusqu’à Ratoma, ça fait des fois 4 kilomètres. Alors si Lanbangni devient une commune ou une préfecture, nous n’avons pas à parcourir maintenant 1 kilomètre. Maximum 500 mètres, nous aurons accès à tout ce que nous voulons sur le plan administratif. Pour moi, c’est une très bonne chose pourvu que les moyens idoines soient mis à la disposition de ces administrateurs. Et le ministre de l’Administration du Territoire a notifié que tous les préfets auront les mêmes prérogatives et moyens », a-t-il laissé entendre avant de poursuivre :

« Le plus important, c’est que c’est dans l’intérêt de la nation guinéenne. Nous n’allez pas refuser de manger aujourd’hui sous prétexte qu’il y a un problème et que vous allez manger demain. Vous avez besoin de manger tous les jours. C’est de cette même manière que la Guinée a besoin d’évoluer. L’administration est une continuité. Ce n’est parce que c’est une période de transition que le panier de la ménagère devra soit diminuer ou augmenter. Tout ce qui peut faire que le panier de la ménagère s’améliore, que les conditions de vie des Guinéens s’améliorent, que la Guinée se développe, il faut le faire. On ne peut pas arrêter le développement de la Guinée soi-disant que c’est la transition pour attendre un nouveau président élu pour démarrer le développement, non ! C’est un faux débat de dire que la transition ne doit pas poser des actes économiques et de développement. Ça permettra aux citoyens d’un quartier de ne pas parcourir des kilomètres pour aller faire la déclaration de naissance de leurs enfants, signer un acte de mariage ou prendre quelques documents que ce soit. Et il y aura des préfets de la zone très proche pour prendre des dispositions idoines », a-t-il confié à nos confrères de Reflet Guinée.

Sélectionné pour vous :  Négociations tripartites : "Les 30% ne sont pas suffisants et il y a des points sur lesquels nous allons rediscuter" (Salifou Camara FSPE)

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

 

 

 

Laisser une réponse
Share to...