Sélectionné pour vous :  Dr Bernard Goumou aux hommes de médias : "Un journaliste n'est pas un militant politique, il veille à la bonne marche de la société"

Emprisonnement de Sékou Jamal Pendessa : Le SPPG promet des actions fortes dans les jours à venir pour exiger sa libération 

Le secrétaire général du syndicat des professionnels de la presse de Guinée a passé sa première nuit en prison à la maison centrale de Coronthie lundi, 22 janvier 2024. Ce, après son audition chez le juge d’instruction du tribunal de première instance de Dixinn où il a été inculpé pour des faits de participation illégale à une manifestation et diffusion de données de nature à troubler l’ordre public. Une situation qui irrite ses camarades syndicalistes, qui promettent des actions fortes pour obtenir sa libération.

Arrêté samedi dernier sans mandat et sans convocation, ensuite placé en garde à vue à la brigade de recherche de Kipé pendant deux jours, Sékou Jamal Pendessa a été inculpé lundi à la suite de son audition chez le juge d’instruction du TPI de Dixinn. Ainsi, il a été conduit directement en prison à la maison centrale de Coronthie où il est placé sous mandat de dépôt, en attendant l’ouverture de son procès. Une décision dénoncée par le secrétaire général adjoint du SPPG qui déclare que la lutte ne fait que commencer.

« C’est avec une grande déception, amertume que vous avons appris la décision liberticide qui a été prise. Une décision plaçant notre camarade secrétaire général, Sékou Djamal Pendessa à la maison centrale sous mandat de dépôt. Aujourd’hui est une journée noire pour non seulement la liberté, mais aussi pour tous ceux qui sont épris de paix, de justice et de liberté dans notre pays. C’est une journée noire pour la Guinée .Et par conséquent, nous en tant que syndicat de la presse, nous en tant que garant de la liberté avec grand L , nous estimons que la lutte ne fait que commencer. Elle vient de démarrer aujourd’hui, en ce sens que nous allons entreprendre des actions forte dans les jours à venir. Des actions qui partiront de la manifestation du 30 janvier pour durcir le ton jusqu’à la libération totale de notre camarade, mais aussi jusqu’à la satisfaction totale de nos revendications. A savoir: la fin du brouillage des fréquences des radios, la réintégration des médias retirés des bouquets Canal+ et Startimes mais aussi le rétablissement intégral de l’internet », a martelé Ibrahima Kalil Diallo qui appelle toutes les antennes du SPPG à rester mobiliser.

Sélectionné pour vous :  Mamou : 70 cas de vi0l notifiés par l'inspection régionale de la promotion féminine et de l'enfance en 2023

« Nous informons que toutes les antennes du syndicat de la presse à l’intérieur du pays vont entrer en mouvement à partir des heures qui vont suivre. On vient de déclarer la guerre à la presse, nous sommes prêts à la mener jusqu’au bout et c’est au prix de notre sang », a-t-il lancé.

Sékou Jamal Pendessa est poursuivi pour participation illégale à une manifestation et diffusion de données de nature à troubler l’ordre public et la sécurité. Son procès pourrait s’ouvrir dans les meilleurs délais puisque son dossier est pris en flagrant délit, selon son avocat.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...