Sélectionné pour vous :  MEPU-A : Guillaume Hawing reçoit 2 500 planches murales de l'UNESCO pour les écoles guinéennes

Éruption cutanée chez des pêcheurs : la Fédération des pêcheurs dénonce la lenteur de la justice et soupçonne une main noire derrière le dossier

Il y a un peu plus de trois mois maintenant, plusieurs pêcheurs artisanaux ont été victimes d’une éruption cutanée due à une pollution aux larges des eaux guinéennes. Cette pollution aurait été causée par des navires minéraliers dont cinq suspects avaient déjà été identifiés.

Mais depuis lors, l’affaire traîne. A ce jour, aucun de ces navires suspectés ni leurs occupants ou responsables n’a été interpellé pour répondre de ses actes. Ce, malgré les injonctions du ministre de la Justice en date du 19 juin 2023. Une situation que dénonce Idrissa Kalo, secrétaire chargé des affaires extérieures de la Fédération nationale des pêcheurs artisanaux de Guinée.

« Nous n’avons pas du tout des informations sur la procédure judiciaire qui est entamée. Donc, nous on se dit que pour le moment rien n’a été engagé malgré que le ministre a donné des injonctions au procureur général. Pour le moment, nous disons que rien n’a été engagé. Même si on engageait quelque chose, il y a des étapes qu’on a dû ignorer et que ces étapes sont très importantes dans la procédure », a-t-il laissé entendre.

Le secrétaire chargé des affaires extérieures de la Fédération nationale des pêcheurs artisanaux de Guinée voit d’ailleurs une main noir derrière ces sociétés minières suspectées qui fait tout pour étouffer l’affaire.

« Toutes ces sociétés ont des gros bonnets derrière. C’est à cause de ça qu’ils sont en train d’étouffer complètement cette situation. Je vous dis, ces navires là ont fait des accidents, ils sont montés sur des pirogues à Boffa mais ils n’ont donné que 20 millions, 30 millions à certaines familles. Rien du tout n’a été fait. La justice n’a rien fait. L’autorité aussi n’a pas bougé », a-t-il déploré chez nos confrères d’Espace FM.

Sélectionné pour vous :  CRIEF : Damaro Camara obtient une mise en liberté provisoire avec de nombreuses restrictions

A ce jour, laisse entendre Idrissa Kalo, certains de ces pêcheurs qui avaient contracté cette maladie ont carrément abandonné leur travail par peur de ne pas être infectés de nouveau.

« Ces pêcheurs là, il y en a aujourd’hui qui ne partent plus en mer. Il y en a aujourd’hui qui se sont complètement éloignés de la pêche. Il faut comprendre que c’est plus de 500, parce que selon les statistiques que nous détenons c’est plus de 800 et quelques pêcheurs qui ont été recensés. Je parle de ceux qui ont été à l’hôpital, parce qu’il y en a par peur qui n’ont jamais été à l’hôpital. Ça a impacté négativement le secteur de la pêche. Il y en a des pêcheurs maintenant leurs embarcations ne travaillent plus par faute de moyens, d’autres par peur. Cette chycose est en train de jouer sur les pêcheurs artisans », a-t-il déclaré.

A rappeler que le gouvernement guinéen par le biais des ministères concernés (pêche, environnement et santé) s’était résolument engagé à mettre la lumière sur cette affaire.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...