Sélectionné pour vous :  Détention de Kassory et compagnie : Ce que l'OGDH recommande à la CRIEF

Faranah : Six Braconniers mis aux arrêts par des agents du Parc National du Haut Niger

Le phénomène de braconnage prend de l’ampleur dans le Parc National du Haut Niger, dans la préfecture de Faranah. Et pour finir avec ce phénomène, les conservateurs de la nature campés à Sidakoro en collaboration avec les citoyens, ont engagé une lutte sans merci contre ces bracionniers. C’est dans cette optique que ces conservateurs de la nature ont mis la main sur six braconniers, présentés à la presse ce lundi, 11 mars 2024.

Devant des hommes de médias, le conservateur en chef du Parc Parc National du Haut Niger, Lieutenant Siaka Oularé a révélé des détails sur les circonstances de cette arrestation.

« Le vendredi, nous avons reçu des informations sur la présence des braconniers dans le parc. Nous avons formé une équipe pour aller se camper à Bakariya. Quand ils ont été pourchassés, ils ont laissé deux fusils. Une deuxième équipe dont j’étais à la tête est allée opérer dans la zone. Ils étaient plus de 10 mais nous avons mis main sur six personnes. C’est regrettable, ces gens-là savent que la chasse est interdite dans cette zone, mais ils se campent de l’autre rive du fleuve pour mener leur opération », a-t-il expliqué.
Plus loin, le responsable du Parc National du Haut Niger a parlé de certaines difficultés dont ils sont confrontés :

« Ici , on n’a pas assez de moyens. Nous sommes exposés sur le terrain. On n’a pas d’équipements dignes de nom. Les gens vont sur le terrain sans arme. Les agents vont sur le terrain, ils n’ont même pas de gilets par balle, ils n’ont même pas de Talkies-walkies. Ils restent à pourchasser les braconniers et parfois ils se perdent en brousse. Nous sollicitons l’appui de l’Etat et les partenaires à ce niveau », a-t-il lancé.

Sélectionné pour vous :  Lansana Kouyaté fait une importante annonce: "Courant l’année 2024, le Parti a l’intention d’organiser un congrès"

Interrogé devant des médias, Fayira Kourouma a reconnu sans enbage les faits mis à leur charge :

« Nous avons été mis aux arrêts par les eco gardes parce que nous avons violé la loi. Nous avons mené des opérations de braconnage dans le parc. On s’était divisé en deux groupes. Chacun est resté dans une rive mais on avait dit à nos amis de ne pas durer pour éviter d’être interpellés par ces agents. Quand ils nous ont appréhendés, ils nous ont dit d’attendre qu’au retour qu’on vas négocier. Mais après un temps, nous avons une équipe très puissante que la première. C’est ainsi qu’ils nous ont envoyés ici. Nous regrettons notre acte », a-t-il martelé.

 

Faranah, Fanta Lanciné keita pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...