Sélectionné pour vous :  Guinée: le collectif des avocats de Sékou Jamal Pendessa dénonce la violence des principes protecteurs de la liberté

Fermeture des stations-service en Guinée : voici la situation dans la commune urbaine de Kankan

Les conséquences de l’explosion survenue la nuit du dimanche à lundi, 18 décembre 2023 au dépôt des hydrocarbures à Kaloum se font déjà ressentir dans la commune urbaine de Kankan. Les stations-service sont fermées et la plupart des détenteurs d’engins roulants sont sur pied à la recherche de carburant. Au marché noir, le prix du litre a augmenté considérablement. Dans la majorité des endroits sillonnés par notre correspondant, le litre se négocie entre 15 à 25 000 gnf.

Rencontré au quartier Gare en train de pousser sa moto par manque de carburant, Bakary Diané s’est dit déçu du comportement des pompistes des stations-service.

« Je suis animé par un sentiment de déception. Depuis le matin, j’étais en ville, je voyais le carburant partout en ville. Mais si je constate une crise maintenant là, je suis vraiment déçu des citoyens de kankan. C’est vrai qu’un dépôt a été incendié à Conakry, mais les autorités doivent se bouger parce qu’il y a du carburant mais les gens refusent de vendre », a-t-il dit.

Par ailleurs, Bakary Diané demande aux autorités de revoir la décision de fermeture des stations-service.

« Ce que je demande aux autorités, c’est de venir obliger les gens à vendre le carburant aux citoyens. Il y a du carburant dans toutes les stations de la ville, mais on fait exprès de créer une crise. Sinon, dans les jours à venir ce sera très difficile. Parce que maintenant là, on ne sait même plus comment accompagner les enfants à l’école et je suis sûr que les prix des denrées alimentaires pourraient augmenter les heures qui suivent », a-t-il indiqué.

Sélectionné pour vous :  Recrutement de nouveaux fonctionnaires en Guinée : Fodé Baldé de l’UFR soupçonne un « enrichissement illicite » sur le dos des citoyens

Épargné de cette crise de carburant grâce à l’alerte de sa maman, Maxime Kaliva Guilavogui, chauffeur de taxi, a expliqué comment il a obtenu dix litres de carburant au moment où tout le monde pleure.

« C’est maman qui m’a appelé ce matin à 5 heures en me disant qu’il y a une crise d’essence, que si j’avais du carburant. J’ai dit non. C’est ainsi que je me suis réveillé pour aller à la nouvelle station de Bordo, à côté du petit plateau. J’ai vu qu’il y avait beaucoup de personnes à la recherche du carburant. Du coup, j’ai pris 10 litres. Mais depuis lors je constate une crise totale à travers la ville. Mais cette crise n’est pas bonne pour nous les chauffeurs de taxi. Nous sommes des diplômés, nous n’avons pas encore de travail. C’est dans taxi que nous arrivons à subvenir à nos besoins. Nous demandons aux autorités de résoudre cette problématique très rapidement », a-t-il fait savoir.

 

Kankan, Pathé Sangaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...