Sélectionné pour vous :  Événements survenus à la maison centrale de Conakry : Me Lanciné Sylla, avocat de Toumba, brise le silence

Retrait d’agréments de la MUTRAGUI et de la SONAG : voici ce qu’on reproche à ces deux sociétés d’assurances 

La Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) à travers le Comité des agréments a décidé, le 30 avril dernier, de retirer avec effet immédiat les agréments de la MUTRAGUI et de la SONAG. Mais qu’est-ce qu’on reproche à ces deux sociétés d’assurances ?

A en croire la Banque Centrale, « cette décision fait suite, entre autres, aux constats du régulateur sur les violations graves et répétées de la réglementation des assurances de la part de ces deux sociétés ».

Aussi, dit un communiqué de la BCRG, « il a été noté au sein de ces entités de sérieux dysfonctionnements liés notamment à l’incapacité des actionnaires à suivre le processus de relèvement du capital social minimum, à l’absence de programmes de réassurance et d’outil de production approprié, à l’inexistence de politiques et procédures encadrant les activités, à la faiblesse de la gouvernance d’entreprise et au manque de dispositif de contrôle interne. En particulier, la MUTRAGUI et la SONAG se sont caractérisées par les pratiques de sous- tarification, d’assurance à crédit et surtout de non-règlement des sinistres, entrainant des plaintes récurrentes et des distorsions à la concurrence au sein du marché ».

Selon nos informations, ces deux sociétés d’assurances avaient été mises sous surveillance pour restaurer la leur situation financière. Malheureusement, indique la Banque centrale, « la mise sous surveillance permanente de la MUTRAGUI et de la SONAG, avec désignation d’un Inspecteur de la BCRG en qualité de Surveillant Permanent doté de droits d’investigation étendus et exigence de production d’un plan de redressement prévoyant toutes les mesures propres à restaurer dans un délai de trois mois la situation financière de la Société, ainsi que les mesures de sauvegarde édictées par la Banque Centrale à l’encontre de ces deux sociétés depuis novembre 2022, n’ont pas suffi à redresser leurs situations financières déjà très compromises ».

Sélectionné pour vous :  Événements survenus à la maison centrale de Conakry : Me Lanciné Sylla, avocat de Toumba, brise le silence

Ci-dessous la copie dudit communiqué !

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...