Sélectionné pour vous :  Mise en place du Haut conseil des greffiers en Guinée : "Désormais, on va aller vers une tendance beaucoup plus rigoureuse"

Gouvernement guinéen : « Même si vous prenez Barack Obama aujourd’hui, vous le mettez dans cette équipe… on ne s’attend à rien de différent » (Dr. Edouard Zotomou)

Malgré la dissolution du gouvernement de Dr. Bernard Goumou et la formation d’un autre dirigé par Amadou Oury Bah, certains acteurs politiques guinéens restent encore sur leurs gardes. Pour eux, certes il y a eu du changement au sein du gouvernement à travers les nouvelles têtes qui ont été nommées, mais l’orientation reste la même. C’est pour cette raison que le président de l’Union démocratique pour le renouveau et le développement appelle le Premier ministre à prendre le courage pour redéfinir les priorités de cette transition.

Selon Dr. Edouard Zotomou Kpogomou, il n’existe pas une grande différence entre l’actuel gouvernement et celui dissout par le président de la transition. Il justifie sa thèse par le fait que cette nouvelle équipe aussi dirigée par Bah Oury suit le même chemin tracé par la junte.

« Ce gouvernement m’inspire une certaine continuité dans l’orientation. Parce que les principes qui ont été émis par le Premier ministre ou l’orientation qu’il est en train de prendre, me dit que rien n’a changé. Et si rien ne change en termes de conception et d’orientation, ça veut dire que rien ne changera dans l’exécution des tâches assignées. Je crois que c’est par la tête qu’il faut voir les choses. Même si vous prenez Barack Obama aujourd’hui, vous le mettez dans cette équipe, tant qu’il n’y ait une orientation, tant qu’il n’y ait un ordre à suivre, tant qu’on lui assigne un rôle d’exécution de quelque chose qui existe déjà et qui se trouve être chemin balisé par la junte, on ne s’attend à rien de différent », a-t-il fait remarquer.

Sélectionné pour vous :  Coyah : des enseignants contractuels dans la rue pour se faire entendre

Pour changer la donne, l’acteur politique appelle le Premier ministre à discuter de manière franche et sincère avec les acteurs sociopolitiques qui n’ont pas accepté de prendre part au cadre de dialogue précédent.

« Nous avons quand même invité le Premier ministre à prendre le courage en main, pour redéfinir les priorités de cette transition. On parle déjà du glissement, or les gens ne sont pas d’accord. Il faut qu’il fasse qu’il ait un autre cadre de dialogue qui va donc aider à redéfinir ces priorités, en prenant bien-sûr la grande majorité qui n’avait pas participé à ce qu’on appelait dialogue inter-guinéen », a-t-il suggéré.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...