Sélectionné pour vous :  Nomination des chefs de quartiers et districts: Abdoul Sacko appelle à une synergie d’actions pour attaquer le décret devant la Cour suprême

Retrait des facilitatrices du cadre de dialogue : « Nous nous opposons totalement » (Ousmane Dady Camara)

Il y a de cela plusieurs jours, les facilitatrices chargées de rapprocher les parties prenantes pour le cadre de dialogue inter guinéen ont annoncé leur retrait du processus. Cependant, ce retrait de Dre Makalé Traoré et compagnie n’a pas été accepté par certains acteurs sociopolitiques engagés dans ledit cadre de dialogue. Ces acteurs à l’image de Ousmane Dady Camara s’opposent catégoriquement à cette décision des Dames.

Pour les acteurs engagés dans le cadre du dialogue, la mission qui a été confiée aux facilitatrices est loin de connaître son épilogue. Puisque disent-ils, parmi les points définis dans le chronogramme de la transition, seuls deux ont été exécutés et qu’il reste beaucoup à faire. Ces acteurs estiment qu’il faut une relecture de tous les accords relatifs au retour à l’ordre constitutionnel en Guinée. Et pour cela, selon Ousmane Dady Camara qui est un d’eux, la partition des facilitatrices est nécessaire.

« Quand elles ont déposé leur lettre de démission à M. le premier ministre, on a clairement dit que nous nous opposons totalement. Parce que les dix activités qui sont définies dans le chronogramme, nous sommes à deux, donc nous ne sommes pas d’accord de leur démission. On s’oppose parce que pour nous, le dépôt d’un rapport annuel ne peut pas définir la fin de leur mission. Nous avons même demandé au premier ministre de rencontrer le président et de lui dire que les acteurs sociopolitiques que nous sommes s’opposent catégoriquement à la démission des facilitatrices. Les facilitatrices ont dit qu’elles ont une vie alors qu’elles n’ont pas de salaire. Maman Aïcha Bah, est conférencière dans beaucoup de pays, Dre. Makalé Traoré doit s’occuper de son parti et maman Joséphine est avancée dans l’âge, elle a les petits problèmes de santé. Qu’elles ont besoin de vaquer à leurs activités. Mais malgré tout, nous nous sommes opposés. Parce que c’est à la suite de leur facilitation que nous sommes venus autour de la table pour discuter, sinon, on avait nos doutes », a laissé entendre le président du parti Rassemblement Guinéen du travail.

Sélectionné pour vous :  Justice : Après 2 mois d'interruption, le procès du 28 septembre reprend avec une nouvelle partie civile

D’ores et déjà, les acteurs engagés dans le cadre de dialogue dénoncent une lenteur dans la mise en oeuvre des résolutions dudit cadre de dialogue et prennent pour responsable, le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...