Sélectionné pour vous :  Retour de Sidya Touré en Guinée : voici la nouvelle stratégie de l’UFR pour faire plier la junte guinéenne

Impacts de l’exposition du dépôt de carburant sur l’environnement : ce qu’en dit un environnementaliste

Dans la nuit du 17 au 18 décembre 2023, une explosion est survenue au principal dépôt d’hydrocarbures de la société Guinéenne de pétrole, situé dans la commune de Kaloum. Une explosion qui ne reste pas sans conséquence sur l’environnement, notamment la pollution atmosphérique mais aussi l’impact sur les ressources halieutiques vu la proximité avec la mer.

Interrogé à ce sujet ce jeudi, 21 décembre 2023, Mamadou Diawara, directeur exécutif de Guinée écologie, a révélé quelques impacts que cet incendie pourrait avoir sur la biodiversité.

« Comme vous avez constaté, c’est un dépôt d’hydrocarbures qui a pris feu. Et qui parle de dépôt, parle de particules chimiques, mais aussi d’éléments toxiques. C’est un site qui est en plein centre ville, mais aussi à proximité de la mer. Donc, on peut déjà imaginer les conséquences que cela pourrait avoir. Principalement, il y aura forcément une pollution atmosphérique à cause d’un dégagement de fumée que nous avons tous observé. Ce dégagement de fumée accompagné par l’émission du COD qui est un des gaz à effet de serre qui contribue forcément aussi au réchauffement climatique. Le site n’étant pas très loin de la mer, ça va contribuer à polluer cet écosystème qui est constitué d’une vaste diversité biologique, en particulier des espèces halieutiques, mais aussi d’autres espèces végétales comme les herbiers qui certainement pourraient être à ces endroits. Aucune étude n’a confirmé cela, mais on peut déjà imaginer les conséquences qui peuvent arriver aux espèces de biodiversité marine », indique Mamadou Diawara, directeur exécutif de Guinée écologie, qui évoque la place des textes légaux, notamment le principe « pollueur payeur » prévu par le code de l’environnement guinéen.

Sélectionné pour vous :  CAN 2024 : "Kaba Diawara n'a pas le niveau de la sélection" (Hassane Diallo) 

« Le principe pollueur payeur pourrait être imaginé dans ce sens parce que c’est un dépôt qui est géré par une société nationale. Pour l’instant, on connaît le propriétaire du dépôt qui est l’État. Donc, il faudrait voir comment est-ce que cela pourrait être appliqué, même si c’est l’État qui en est responsable de la gestion du site. C’est en cela qu’on peut imaginer pour que cette société puisse voir comment est-ce qu’il faut évaluer toutes les pollutions suite à cet incendie. Comment est-ce qu’il faut pouvoir appliquer ce principe du pollueur payeur pour essayer de gérer ces impacts, mais aussi de prévenir d’éventuels impacts qui pourraient venir au-delà du site et au-delà de cet instant précis. Parce qu’il y a des impacts qui sont dans la durée. Il faut voir déjà comment les prévenir et comment il faut à la longue les gérer. Pour cela, il faut appliquer ce principe pollueur-payeur qui est déjà reconnu au niveau du code de l’environnement », indique ce spécialiste en environnement chez nos confrères de la Radio nationale.
Déjà, le gouvernement a mis en place une équipe pour procéder à l’identification, la caractérisation et la détermination des impacts, en vue d’élaborer un plan d’action pour la gestion des risques.

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...