Sélectionné pour vous :  Insécurité à Kindia : un véhicule de transport en commun attaqué par des coupeurs de route, des millions gnf emportés

Insécurité à Kankan : Plusieurs présumés malfrats mis aux arrêts et présentés à la presse

Le dispositif sécuritaire déployé en Haute Guinée pour lutter contre l’insécurité qui avait pris une autre tournure, porte déjà ses fruits. Dans l’après-midi, les autorités ont procédé à la présentation de quatre malfrats accusés d’attaques à main armée, de détention illégale d’armes de guerre et de trafic d’armes. Cette opération qui a été menée par la police régionale, a été facilitée grâce à une synergie d’actions entre les forces de défense et de sécurité ainsi que la population.

Cette nouvelle interpellation de présumés malfrats vient conforter les autorités militaires de Kankan et va certainement rétablir la confiance entre la population et les forces de défense. Interrogé sur les lieux, le directeur de la police régionale de Kankan revient sur l’identité des prévenus.

« Laye Moriba Condé, alias boutiquier, le fugitif de l’attaque à main armée perpétrée contre un kiosque d’Orange Money le 17 avril 2024 à 15 heures 40 dans le quartier de Kabada 1, au préjudice de Monsieur Abou Kourouma, où un montant de 17.000.000 FG (dix-sept millions de francs guinéens) a été volé et un paisible citoyen du nom de Monsieur Toya Toupou fusillé lors de l’opération, lequel a succombé de ses blessures à l’Hôpital Régional de Kankan. Ce suspect est également détenteur de deux armes de guerre de type AK47 et d’un pistolet automatique. Il est aussi l’organisateur de l’attaque à main armée et de l’évasion des détenus de la prison civile de Siguiri en 2023. Djibril Camara, alias Dabi, est détenteur d’une arme de guerre (un AK47) et s’était également évadé de la prison civile de Kankan le 18 juillet 2023 à l’aide d’un pistolet automatique. Mamadi Kobaya Condé, adjudant de l’armée de terre, chargé d’assurer le transport des armes du point de cache aux lieux d’opérations, vend également des munitions et des armes de guerre. Enfin, Oumar Camara, alias Bongo, résidant à Bouré, préfecture de Siguiri, chargé de la garde des armes après les opérations d’attaques. Au total, trois (03) AK47, trois (03) boîtes chargeurs, trente-sept (37) cartouches (AK47), un pistolet automatique (cal) et sa boîte chargeur garnie de huit (08) cartouches ont été retrouvés chez lui. Ces individus seront déférés au parquet d’instance ce jour de mai 2024 pour des faits présumés d’association de malfaiteurs, vol à main armée, meurtre, détention illicite d’armes de guerre, de munitions et d’évasion, faits prévus et punis par les articles 784, 381, 206, 848 du code pénal. »

Sélectionné pour vous :  Détournement de 100 milliards à Tatakourou (Siguiri) ? des citoyens dans la rue pour exiger le départ du président de district

À cette présentation, le parquet de Kankan, a salué la bravoure des forces de défense et de sécurité à sa juste valeur et a promis de déférer ces individus devant un parquet territorialement compétent.

« Cela montre que la lutte contre le grand banditisme, contre la criminalité dans notre région sera sans faille. Toutes les personnes suspectées seront traquées devant la justice, comme le démontre notre action aujourd’hui. Nous avions promis à la population de la Haute Guinée que toutes les autorités, administratives, judiciaires, et les forces de défense et de sécurité travailleraient sans relâche pour que ces personnes soient interpellées et traduites devant la justice. Vous avez entendu aujourd’hui, le noyau de ces malfrats se trouve à Siguiri. Ils commettent des attaques à Kankan, certaines à la maison centrale et ont beaucoup d’attaques à Siguiri. Nous allons veiller à ce que ces personnes soient traduites devant le parquet territorialement compétent ».

Parmi eux, un militaire adjudant, qui veille sur le transport d’armes du point de cache sur les lieux d’opérations. Ce dernier, qui serait, mais l’information n’est pas vérifiée, le frère d’un ancien commandant de la région militaire de Kankan, est également accusé de vente illégale d’armes. Vous vous rappelez certainement la mort d’un présumé bandit par les militaires, qui avait suscité assez de polémique au sein de la population, qui avait avancé que ce bandit voulait dénoncer leur fournisseur, qui serait militaire. Alors, pouvons-nous dire que c’était pour couvrir ce militaire ? La question reste posée puisque l’information reste jusqu’ici des rumeurs.

 

Kankan, Pathé Sangaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...