Sélectionné pour vous :  N'zérékoré/Gestion des forêts classées : Formation et équipement des agents conservateurs du Mont Béro

Journée mondiale de lutte contre la désertification : ces chiffres de la ministre guinéenne de l’Environnement qui font froid au dos

Chaque année, l’humanité célèbre la journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse le 17 juin. Une occasion que saisissent les dirigeants du monde pour aborder les défis du moment. En Guinée, la ministre de l’Environnement et du Développement Durable a fait la traditionnelle déclaration sur l’événement. Djami Diallo, puisqu’il s’agit d’elle, n’a pas manqué de révéler des chiffres qui font froid au dos.
Ci-dessous, l’intégralité de ladite déclaration !
Chers Compatriotes,
Mesdames et Messieurs,
C’est en 1994 que l’Assemblée Générale des Nations Unies par sa Résolution A/RES/49/115, a déclaré le 17 juin comme Journée Mondiale de Lutte Contre la Désertification et la Sécheresse. Cette Journée, observée dans tous les pays du monde, a pour objet de sensibiliser l’opinion publique nationale et internationale sur le phénomène de la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse.
Le thème retenu pour célébrer cette journée en 2024 est « Unis pour les terres : Notre Patrimoine. Notre Avenir. » qui est un appel à l’action pour garantir des terres saines notre ressource la plus précieuse aux générations actuelles et futures.
Selon la Convention Désertification, « Chaque seconde, l’équivalent de quatre terrains de football de terres saines se dégradent, ce qui représente un total de 100 Millions hectares par an ».
Il est plus important que jamais d’impliquer les générations actuelles pour arrêter et inverser ces tendances alarmantes et atteindre les engagements mondiaux visant à restaurer 1 Milliard d’hectares de terres dégradées d’ici à 2030.
Cette Journée qui marquera le 30ème anniversaire de la Convention Désertification, le seul traité international juridiquement contraignant sur la gestion des terres et la sécheresse, sera célébrée cette année au siège du Secrétariat de ladite Convention à Bonn, en République fédérale d’Allemagne, et des évènements auront lieu en simultané dans toutes les régions du monde.
Chers Compatriotes,
Mesdames et Messieurs,
La Guinée a un potentiel hydrologique riche et diversifié. Plusieurs cours d’eau de la sous-région y prennent leur source. Le réseau hydrographique comprend 1161 cours d’eau, regroupés en 23 bassins versants dont 14 internationaux. Sous l’effet des changements climatiques, le débit de ces cours d’eau connaîtra des réductions qui pourraient atteindre plus de 50% de la moyenne quotidienne actuelle à l’horizon 2100.  Le pays est aussi qualifié de scandale géologique par excellence avec ses ressources minières riches et variées. Il possède également le plus grand massif forestier de l’Afrique de l’Ouest et un potentiel agricole de 13,7 Millions d’hectares de terres arables, soit 56% du territoire national.
Par ailleurs, la survenue fréquente des phénomènes météorologiques violentes comme les inondations, les vents violents et les tornades, la dégradation des forêts suite aux pressions anthropiques ainsi que les périodes de sécheresse prolongées, résultant du réchauffement des océans et des terres, représentent des menaces sérieuses pour le développement économique et social durable du pays.
Selon le Rapport national PRAIS 4 / 2022 de la Guinée, durant la période 2016-2019, la superficie totale des terres dont le couvert s’est dégradé était de 1 381 Km2 (soit 138 100 ha) équivalent à un taux de dégradation de 0,6 % de l’ensemble du territoire national contre 0,8 % par rapport à 2000-2015 où cette superficie était de 2 056 Km2 (soit 205 600 ha).
Pour contrarier ces phénomènes, le Gouvernement guinéen a mis en place des structures chargées de mobiliser des ressources financières et non financières dans le cadre de la mise en œuvre des projets et programmes pour lutter contre le changement climatique, la dégradation des terres, et pour la préservation de la biodiversité.
Notre objectif consiste à accroitre de 1,5% soit 150 000 ha, la superficie des forêts en assurant des programmes de reboisement sur l’ensemble du territoire à hauteur de 5 000 ha par an, en gérant durablement les surfaces reboisées et en préservant les forêts classées et aires protégées.
Au nombre des efforts louables consentis par le Gouvernement guinéen et en application correcte et effective de l’Initiative présidentielle de la Campagne nationale de reboisement sous le Slogan « Un Guinéen, un arbre planté et protégé. » prôné par le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées, le Général Mamadi DOUMBOUYA à travers mon Ministère et ses partenaires, citons entre autres :
En 2022 : 853 ha sur 1000 ha prévus de terres dégradées, reboisés sous financement du Budget National de Développement (BND) avec un taux d’exécution de 85,30%. Ajouté, aux 1238 ha sur 1160,50 ha prévus réalisés sous Financements Extérieurs (FINEX) par des projets et programmes, avec un taux de réussite 82,86%.
En 2023 : 810 ha sur 1000 ha prévus de terres dégradées reboisés (soit 246 ha sous FINEX et 564 ha réalisés par les Services techniques du MEDD et ONG) avec un taux d’exécution de 89,25%.
Avec l’appui du Mécanisme Mondial de la Convention Désertification, la Guinée dispose désormais son Rapport provisoire du Plan d’Action National de Lutte contre le Sécheresse élaboré en mai 2023 et d’une note conceptuelle en cours de finalisation du Projet transformateur intitulé : « Adaptation au changement climatique dans le bassin versant de Konkouré grâce à la gestion intégrée des ressources naturelles et à la promotion de technologies climato-intelligentes » sensible au genre, visant l’atteinte de la Neutralité en matière de dégradation des terres (NDT) en Guinée à travers l’ODD 15.3.1 à l’horizon 2030. A date, le PNUD Guinée a recruté un Consultant international pour consolider ladite note conceptuelle élaborée en 2023 sous le canevas du FEM/GEF8 avec l’appui de la Convention Désertification.
Chers Compatriotes,
Mesdames et Messieurs,
Il faut se rassurer que notre Gouvernement, conformément à la vision de Son Excellence Monsieur le Président de la Transition, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées, Général Mamadi DOUMBOUYA, et son Premier Ministre Monsieur Amadou Oury BAH, relèvera le défi de la neutralité de la dégradation des terres pour faire de la Guinée, un pays neutre en termes de dégradation des terres.
J’invite tous les Départements sectoriels, les Cadres des services techniques, les ONG et les communautés à la base à s’employer sans réserve en vue de l’atteinte de ces objectifs qui nous permettront à long terme de repousser davantage en dehors de notre pays les fléaux de la désertification et la sécheresse, la faim et l’insécurité alimentaire.
Chers Compatriotes,
Mesdames et Messieurs,
Permettez-moi, avant de clore mon propos, de remercier les partenaires au développement pour leur soutien constant au Gouvernement dans la mise en œuvre des politiques et stratégies nationales de développement durable.
Vive la Coopération Internationale !

Sélectionné pour vous :  Barrages hydroélectriques en Guinée : la junte mise sur le massif du Fouta Djallon pour améliorer la desserte en électricité

Vive la Journée Mondiale de Lutte Contre la Désertification !

Je vous remercie.

Laisser une réponse
Share to...