Sélectionné pour vous :  Labé/Accrochages entre conducteurs de taxis motos et percepteurs de la commune: plusieurs arrestations signalées

La presse snobée dans le discours du nouvel An de Doumbouya : « Il n’a pas pris l’engagement de libérer des médias » (Sékou Jamal Pendessa)

La presse privée guinéenne a demeuré sous le poids d ela censure au cours de l’année 2023 en République de Guinée. Brouillage des ondes de plusieurs radios, retrait de Djoma média et cie des bouquets Canal+ et StarTimes ou encore l’arrestation d’une dizaine de journalistes, jamais les relations entre la presse privée guinéenne et la junte ne sont détériorées de la sorte.

Ce mardi, 2 janvier 2024, le secrétaire général du Syndicat des Professionnels de la Presse de Guinée (SPPG) a déploré le fait que le Colonel Doumbouya a snobé dans son discours, ce qui est arrivé à la presse :

« On avait pensé que le colonel Doumbouya allait mettre son adresse à la nation à profit pour présenter ses excuses à l’endroit de la presse mais aussi prendre l’engagement de libérer les médias et les réseaux sociaux. On a pensé également qu’il allait présenter les excuses à l’ensemble des Guinéens dont le droit à l’information est bafoué parce que lorsque vous éteignez une seule radio, des centaines de Guinéens sont déjà privés de l’information alors que c’est une obligation pour l’État de garantir le droit à l’information à tout le monde au regard de la charte de la transition mais aussi au regard de la loi sur le droit d’accès à l’information publique qui est en vigueur en République de Guinée sans compter aussi que les réseaux sociaux sont brouillés parce que beaucoup s’expriment aujourd’hui à travers les réseaux sociaux. Le colonel n’a pas présenté d’excuses, il n’a pas pris l’engagement de libérer des médias, il n’a même pas consacré une seule phrase à cet aspect des faits extrêmement graves. Par conséquent, le bureau a décidé de reprendre la lutte parce qu’on a compris qu’il n’y a plus personne pour défendre notre corporation et on est convaincus désormais de la thèse de ceux qui nous disaient souvent que et Gaoul et ses alliés bénéficiaient de la bénédiction du colonel Mamadi Doumbouya pour faire tout ce qu’ils font à la presse », a déploré Sékou Jamal Pendessa.

Sélectionné pour vous :  Mamou: un "faux" militaire mis aux arrêts, après avoir ouvert le feu sur un policier (procureur)

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...