Sélectionné pour vous :  Liberté de la presse en Guinée sous le CNRD: "Le bilan est globalement positif", selon le président de la HAC

Labé: Des conducteurs de taxis-motos en colère contre les réformes du syndicat

Visiblement, les réformes engagées par le bureau du syndicat des conducteurs de taxis-motos ne font pas l’unanimité au sein de la corporation. C’est pourquoi très tôt dans la matinée de ce lundi, 12 juin 2023, de nombreux conducteurs ont manifesté dans la cité de Karamoko Alpha pour dénoncer la cherté du prix du gilet.


Interrogé par notre correspondant, l’un des manifestants qui a recquis l’anonymat est revenu sur les raisons de la manifestation

« Nous ne sommes pas contre les réformes, mais j’estime que 100 000 gnf c’est trop pour un gilet. C’est pourquoi nous avons décidé de nous faire entendre. Ils nous obligent même à faire venir avec nos parents du village pour que ceux ci signent pour obtenir un gilet. On ne peut pas faire ça parce que c’est au syndicat de faire tout pour identifier les malfrats qui ont intégré la corporation », a expliqué ce conducteur.
De son côté, Mory Diakité, secrétaire général de l’USTG a insisté sur la nécessité de faire appliquer ces réformes:

« D’abord, je précise que de près ou de loin, le syndicat n’est non seulement pas informé ni associé à cette manifestation. Nous avons engagé une réforme et cela aboutira par la grâce de Dieu. Nous avons organisé des journées de réflexion à la préfecture et beaucoup de propositions ont été dégagées. On a décidé de changer les gilets, de doter tout conducteur de taxi-moto d’un badge. Pour ce qui est de la formation, les agents de la protection civile ont été sollicités et il y a un tas de choses qui accompagne cette formation. L’Etat a fixé une formation à 200 000 fg et le certificat de formation à 200 000 fg. Le syndicat a tellement réduit qu’on ne peut plus diminuer ces 100 000 gnf. Nous ne reculerons pas d’un iota pour ce qui est des réformes engagées », a fait savoir ce syndicaliste.
En scandant des propos hostiles au syndicat, ces manifestants se sont finalement dirigés vers la commune urbaine de Labé où ils ont été reçus par le maire Mamadou Aliou Laly Diallo :

Sélectionné pour vous :  Report du contrôle des permis de conduire et plaques d'immatriculation: Frebory Donzo révèle les dessous des négociations avec l'État

« Nous ne sommes pas informés de ce changement de gilet ni le tarif qu’il coûte. Cette histoire de taxi-moto à Labé date de 2006 et connaît l’évolution du problème. Le gouverneur après concertation, a décidé qu’ensemble nous nous rendions dans les locaux des responsables des plaques pour que nous sachions qu’est-ce-que la loi prévoit pour l’obtention d’une plaque d’immatriculation chez les conducteurs de taxis-motos. Je leur ai demandé de mandater dix personnes avec lesquelles nous allons échanger et avec le syndicat, nous verrons ce qu’il y a lieu de faire », a réagi le maire.

 

 

Labé, Bachir Diallo pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...