Sélectionné pour vous :  Glissement du chronogramme de la transition ? "A date, nous sommes encore dans le délai", dixit Ousmane Dady Camara

Le syndicaliste Michel Pépé Balamou au gouvernement : « Nous pensons que le début des négociations, c’est 50% »

Les négociations entre le gouvernement guinéen et le mouvement syndical qui ont débuté depuis plus d’un mois n’ont pas encore produit de résultat . Les syndicalistes qui ont tenu leur assemblée générale mardi, 10 octobre 2023, ont donné un ultimatum aux autorités de revenir avec les propositions convaincantes allant dans le sens de la valorisation de la valeur monétaire du point d’indice avant jeudi. Car selon les syndicalistes, les 20% préalablement proposés par le gouvernement sont insuffisants. C’est du moins ce qu’a laissé entendre Michel Pépé Balamou, membre du pool des négociateurs.

Pour ce syndicaliste, si le gouvernement guinéen veut vraiment donner la chance à ces négociations d’avancer, c’est de commencer par faire sa proposition à partir de 50%. À ce niveau, il promet que le mouvement syndical aussi va quitter son point nodal qui est de 100%. Michel Pépé Balamou convaincu de la cherté de la vie en Guinée, dit à qui veut l’entendre que les travailleurs guinéens doivent être mis dans de meilleures conditions.

« Nous nourrissons nos familles biologiques, nos belles familles, nos parents au village, donc le fonctionnaire est l’espoir de tout un peuple. Ce sont les 117 mille fonctionnaires qui nourrissent les 13 millions de Guinéens. Et aujourd’hui, la marmite ne s’assoit plus sur le feu trois fois par jour. Nos enfants ne vont plus à l’école parce que nous n’avons plus leurs frais de scolarité, le loyer coûte cher, le transport coûte cher, le pouvoir d’achat a chuté symptomatique à la faiblesse du pouvoir d’achat consubstantiel à la flambée des denrées de première nécessité. Si aujourd’hui le gouvernement nous propose 20%, nous pensons que c’est peu, c’est insuffisant, c’est une moquerie. Nous pensons que le début des négociations, c’est 50%. C’est-à-dire 50% de proposition et que nous nous quittions les 100%, on se rencontre au juste milieu, sur la ligne médiane. C’est à ce prix que nous pourrons céder », a-t-il déclaré.

Sélectionné pour vous :  Glissement du chronogramme de la transition ? "A date, nous sommes encore dans le délai", dixit Ousmane Dady Camara

Si jusqu’à ce jeudi le gouvernement ne fait aucune proposition de nature à emporter leur conviction, les syndicalistes disent qu’ils seront dans l’obligation de prendre de fortes décisions.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...