Sélectionné pour vous :  Urgent/Education : les enseignants contractuels rejettent le compromis trouvé entre le mouvement syndical et le gouvernement

Les chefs de quartiers et districts désormais nommés par les gouverneurs : ce qu’en dit Aliou Condé, secrétaire général de l’UFDG

Dans un décret rendu public dans la soirée d’hier mercredi, 09 août 2023, le président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya a fixé un nouveau mode de désignation des conseils de quartiers et districts. Désormais, les présidents ou les membres de ces conseils de quartiers et districts seront nommés par une décision du gouverneur.

Ce décret vient mettre fin à la loi L/2017/N°0039/AN portant Code Électoral Révisé qui prévoit la nomination du président du conseil de quartier ou district par le parti politique qui arrive en tête aux élections communales dans le quartier ou district.

Interrogé sur le sujet ce jeudi, 10 août 2023, Aliou Condé, secrétaire général de l’UFDG estime que le CNRD est dans sa logique de consolider son pouvoir même à la base.

« A partir du moment où ils ont tout suspendu, on n’est en période exceptionnelle, toutes les décisions qu’ils prennent c’est en fonction de leur volonté, pas en fonction de la volonté populaire. C’est leur volonté qui prime, c’est ce qu’ils veulent qu’ils sont en train de mettre », a-t-il laissé entendre.

Pour le secrétaire général de l’UFDG, toutes les décisions que le CNRD prend sont en fonction de sa volonté, de ses visions et de ses objectifs pour consolider son pouvoir

« Tout ce qui se fait, c’est par rapport aux objectifs qu’ils poursuivent parce qu’il n’y a pas un dialogue inclusif pour la gestion de la transition. Tous les actes qui sont pris sont pris par le CNRD, donc par la volonté du CNRD. Et vous savez très bien pourquoi nous on ne participe pas à tout ça. C’est parce que nous sommes en parfait désaccord avec eux », a dit Aliou Condé.

Sélectionné pour vous :  Faranah : Le nouveau procureur de la République rencontre les officiers de police judiciaire 

Mais s’il faut analyser cet acte, poursuit le secrétaire général de l’UFDG, « c’est contraire aux bonnes pratiques, mais actuellement c’est eux qui prennent toutes les lois. Mais tout ce qui se prend actuellement, c’est en attendant qu’il y ait des élections, tout est transitoire », a martelé l’homme politique.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...