Sélectionné pour vous :  Appel au dialogue en Guinée : Sékou Koundouno doute de l’authenticité du communiqué des leaders religieux

Labé : le boycott des cours par les enseignants contractuels suivi à 90 % dans les écoles, selon le coordinateur régional

Au cours d’une assemblée extraordinaire organisée par la coordination des enseignants contractuels dans la région de Labé, il a été décidé à l’unanimité apprend-on, de boycotter les cours dans les établissements d’enseignement. Ce, suite au «refus» du gouvernement de respecter le protocole d’accord signé avec les structures syndicales de l’éducation.

À Labe, selon le coordinateur régional des enseignants contractuels, Alpha Mamadou Cellou Diallo, ce boycott des cours est largement suivi par les enseignants contractuels.

« Comme vous l’avez constaté, nous sommes en grève depuis le lundi dernier et cette grève est maintenue dans la région de Labé. Elle est largement suivie par la majorité des enseignants qui sont à la maison en ce moment. Elle est suivie à 90 % nonobstant les menaces proférées par certains responsables éducatifs. On s’est concertés à travers une visio-conférence avec l’ensemble de toutes les coordinations des différentes régions du pays. Nous allons nous retrouver à nouveau pour pouvoir fixer les grandes lignes pour la semaine qui vient. Elle va s’amplifier davantage si toutefois d’ici la fin de la semaine, il n’y a pas un signal fort de la part des autorités. Je pense que dans ce cas, la semaine à venir sera une semaine très décisive pour la suite du combat que nous menons. Je voudrais vous rappeler que nous somme sur le terrain depuis 2018 et nous continuons à former les enfants. Je pense que s’il y a une priorité parmi les priorités, ça devrait être l’engagement et la prise en charge des enseignants contractuels à la fonction publique. C’est un dépôt certes qui a brûlé et nous déplorons les pertes en vies humaines, mais nous nous disons que cela ne peut pas impacter la prise en charge des enseignants contractuels. Le gouvernement a signé ce protocole d’accord de bonne foi et il doit l’appliquer. A cela, s’ajoute notre abandon des 15 mois de salaire et de primes », a-t-il rappelé avant d’ajouter:

Sélectionné pour vous :  Vaccination contre la poliomyélite : Le premier ministre administre les premières doses aux nouveaux nés

« Rassurez-vous que les communautés ne peuvent pas prendre en charge un enseignant. Ce qu’elles font en ce moment, c’est une manière de se tromper parce qu’elles font semblant de les prendre en charge et l’enseignant va faire semblant d’enseigner. Donc, je ne crains pas que nous soyons lâchés par les enseignants contractuels dans les villages et autres localités les plus reculées. Si toutefois le gouvernement persiste dans cet égarement là, en fin d’année, vous verrez l’impact sur le système éducatif. Ce sont les élèves et leurs parents qui vont le sentir. Malheureusement, on est avec un État qui s’en fiche pas mal de l’avenir de ce pays. Nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine au cas où une issue ne sera pas trouvée », a-t-il indiqué.

A rappeler qu’ils sont plus de 2 900 enseignants contractuels dans la région de Labé.

 

Labé, Bachir Diallo pour Siaminfos.com.

Laisser une réponse
Share to...