Sélectionné pour vous :  Kindia : plus de 800 kilogrammes de chanvre indien incinérés par les autorités 

Affaire Charles Wright: le RPG Arc-en-ciel dénonce le deux poids deux mesures dans la façon de faire de la justice guinéenne

L’assemblée générale de l’ancien parti au pouvoir s’est tenue ce samedi, 09 mars 2024, sous la présidence du secrétaire administratif, Lansana Komara. Au cours de cette rencontre hebdomadaire, les responsables du parti ont abordé la sortie médiatique de l’ancien ministre de la Justice Charles Wright dont les images obscènes pourrissent les réseaux sociaux.

Pour les cadres du RPG Arc-en-ciel, les déclarations de Charles Wright prouvent à suffisance que la justice guinéenne n’est pas indépendante.

« Quand un ministre de la justice par voie de presse affirme qu’il a bénéficié des avantages venant d’un homme d’affaires connu de tous. Alors, si notre justice était indépendante, le procureur de la République doit faire une injonction contre les deux personnes pour fait de corruption.

Comme vous le constatez, notre justice est à deux vitesses, basée sur le principe de deux poids, deux mesures. Autrement, comment vous pouvez comprendre que nos camarades responsables du parti soient injustement accusés et incarcérés depuis près de deux ans sans preuves, alors que le même ministre de la Justice déclare à la presse qu’il a reçu des avantages d’un richissime homme d’affaires. Nos camarades responsables du parti souffrent aujourd’hui en prison au vu et au su de la Communauté internationale, au vu et au su des magistrats guinéens. Alors, où va notre pays la Guinée ? », s’interroge l’ancien parti au pouvoir dans une déclaration lue par Hadja Diaka Diakité.

« De tout ce qui précède, on est en droit d’affirmer que nos camarades injustement incarcérés sont purement et simplement des prisonniers politiques du CNRD, en témoigne le manque de preuves tangibles concernant les prétendus détournements de deniers publics.

Sélectionné pour vous :  Marc Yombouno : « On nous a mis en mal avec même nos familles, avec la population pour nous détruire »

Aujourd’hui, quand bien même, les déclarations de certaines personnalités pas des moindre collent parfaitement avec le délit de corruption et d’enrichissement illicite. Pour preuve, comment un commis de l’État avec des revenus modestes peut-il en un temps record, envoyer toute sa famille en Europe ? avec quels moyens de subsistances? Autant de questionnements de fond dont le glorieux peuple de Guinée mérite d’être édifié. Conséquemment, nous nous réservons le droit de dénoncer cette justice à deux vitesses, sélective au grand dam de l’État de droit », a indiqué l’ancienne ministre.

« Nous pouvons en déduire que le raisonnement de nos autorités est le suivant: FAIS CE QUE JE TE DIS, MAIS NE FAIS PAS CE QUE JE FAIS. Avec ça, où va la Guinée ?

C’est le temps de dire à nos autorités de se ressaisir, au risque de rentrer du mauvais côté de l’histoire en matière de gouvernance économique, financière, et politique de notre pays. Comme vous le constatez, la situation politique en Guinée n’affiche guère une vitrine reluisante surtout avec cette gestion unilatérale de la transition, la frange la plus représentative du vaillant peuple de Guinée étant en marge du processus, nonobstant les appels lancés tous azimuts tant par les forces vives de Guinée que par la communauté Internationale », rappelle l’ancien parti au pouvoir.

 

Ibrahima CAMARA pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...