Sélectionné pour vous :  Kindia: La première dame assiste aux obsèques de Fatoumata Camara, décédée dans un glissement de terre

Négociations tripartites: les discussions entre mouvement syndical et partonat renvoyées en 2024

Les discussions entre le mouvement syndical et le patronat guinéen dans le cadre des négociations tripartites pour l’amélioration des conditions de vie des travailleurs guinéens ont été reportées en 2024, entre février ou mars. La décision a été prise à l’unanimité par le mouvement syndical, pour laisser le temps aux patrons d’entreprises qui doivent tenir leur congrès au mois de décembre 2023. C’est du moins ce qu’a confié Abdoulaye Barry, président de la commission syndicale de négociations à notre rédaction.

Avec le patronat guinéen, les revendications du mouvement syndical se focalisent autour de l’augmentation des salaires des travailleurs du secteur privé à hauteur de 70%. Si avec le gouvernement, les syndicalistes se dirigent vers la signature d’un protocole d’accord avec les 35% de propositions sur la valeur monétaire du point d’indice salarial, du côté patronat, rien n’est encore obtenu. Mais les deux parties, se sont entendu sur le point de reprendre les négociations à partir du mois de février ou mars 2024. Puisque selon le président de la commission syndicale des négociations, le patronat doit faire face à son congrès électif à partir de décembre 2023.

« Pour le secteur privé, nous avons compris que le patronat guinéen aujourd’hui doit faire son congrès au mois de décembre prochain. Donc pour le moment ce patronat ne peut pas signer un accord avec le mouvement syndical guinéen. Donc, nous avons accepté que ce congrès finisse et après nous allons négocier à partir de janvier, février au plus tard mars avec le patronat guinéen. Si nous trouvons un accord, nous allons rappeler à partir de janvier 2024 », a fait savoir Abdoulaye Barry.

Sélectionné pour vous :  Reboisement à Kindia : un chef de quartier qualifie la dernière campagne nationale de "gâchis"

En attendant que les deux parties trouvent un terrain d’entente sur cette question, les travailleurs du secteur privé, vont continuer à prendre leur mal en patience.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...