Sélectionné pour vous :  Rencontre HAC-hommes de médias : "La rencontre d'aujourd'hui n'annule aucune de nos actions" (porte-parole)

N’zérékoré : Le champ de riz du Directeur régional de l’agriculture vandalisé dans le district de Kabiéta

En région forestière,  la politique de refondation verte prônée par le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage connaît des difficultés sur le terrain.  Dans le district de Kabiéta,  sous-préfecture de Gouécké,  les communautés riveraines sont allées récolter plus d’une quinzaine d’hectares de riz du directeur régional de l’agriculture de N’zérékoré.  Pire encore,  elles ont aussi saboté la moissonneuse batteuse censée faire la récolte, a appris Siaminfos.com à travers son correspondant.

C’est un fait inhabituel dans nos communautés à la base. Mis en œuvre dans le cadre de l’exécution de la politique de refondation verte prônée par le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage, le champ de riz du Directeur régional de l’agriculture de N’zérékoré a été vandalisé par les riverains.  L’acte s’est produit dans le district de Kabiéta,  sous-préfecture de Gouécké. Interrogé, Tidiane Kaba, directeur régional de l’agriculture et de l’élevage de N’zérékoré a exprimé sa déception.

“Environ 15 hectares,  tout est récolté et emporté par la population.  Et nous,  nous ne savons pas qui exactement parce qu’il y a trois villages dans les alentours.  La seule que nous savons,  c’est que la dame qui a été interpellée vient de Kabiéta », a-t-il indiqué.

La moisson étant interrompue mercredi pour panne technique de la machine, les riverains ont décidé de passer à la vitesse supérieure en sabotant davantage l’unique moissonneuse censée faire la récolte, selon le directeur régional de l’agriculture.

“On a vu qu’ils ont vandalisé une partie de la machine.  Ils ont emporté la batterie. Ils ont ensuite vidé le réservoir de carburant et ils ont même vidé les grains de riz qui étaient dans la cuve de la machine », dit-il.

Sélectionné pour vous :  Médias: Le SPPG et les associations professionnelles de presse suspendent les actions entreprises contre le gouvernement

Loin du champ de riz,  la scène s’est poursuivie chez le président du district de Kabiéta où les populations se seraient rendues pour libérer les personnes interpellées, à en croire Tidiane Kaba.

“Une fois arrivés au village, le président du district nous a fait savoir qu’ils sont venus chez lui. Qu’ils ont violenté sa maman et qu’ils ont retiré la jeune dame qu’on avait mise à la disposition du président de district.  Sur place,  les trois autres personnes que nous avions emmenées avec nous,  ils sont aussi venus les extirper de force. La population est sortie maintenant avec des injures,  des gourdins, des cailloux en proférant toute sorte de mots déplacés. Nous nous avons accepté qu’on nous insulte pour éviter plus de dégâts. Même mon pare-brise là, il y a eu un peu de fissures. Et les sacs de riz qu’on avait ramassés avec les dames dans la brousse,  ils sont venus encore ramasser tout ça,” conclut Tidiane Kaba avec un ton d’amertume et de regret.

En attendant la mise en marche de la moissonneuse batteuse, le directeur régional de l’agriculture de N’zérékoré et son équipe battent en retraite pour des mesures de sécurité.

 

N’zérékoré,  Lanceï Naboun pour Siaminfos.com 

Laisser une réponse
Share to...