Sélectionné pour vous :  Un conseiller de Cellou Dalein titille le CNRD : « La corruption bat le record, le désespoir est déjà dans notre pays »

Ousmane Gaoual aux Forces Vives : « Il est possible de manifester, mais il est également possible de se réunir pour discuter »

Le 05 septembre 2023, marquant l’an 2 de l’arrivée au pouvoir du CNRD s’annonce très tendu en Guinée. D’un côté, les soutiens du CNRD prévoient des festivités pour célébrer la deuxième année de la gouvernance des militaires. De l’autre côté, les acteurs sociopolitiques contre la conduite de la transition réunis au sein des Forces Vives de Guinée prévoient eux aussi d’organiser une marche pour dénoncer les dérives de la gouvernance du Colonel Mamadi Doumbouya.

Face à cette situation, le ministre porte-parole du gouvernement a tenu à appeler au calme et à la retenue du côté des acteurs sociopolitiques.

« Je tiens à rappeler que notre pays, la Guinée, est notre bien commun. Il y a des moments où, peut-être, il faut mettre entre parenthèses certaines de nos contradictions pour célébrer ce que nous avons en commun. Cela ne signifie pas que nous devons oublier nos désaccords, mais plutôt que nous devons donner une chance à la différenciation entre les événements. Il est de la plus haute importance que l’exercice de nos droits ne se transforme pas en une source de violence, de victimes et de traumatisme pour notre nation. C’est pourquoi, je salue la constance du gouvernement à maintenir ouverte la table de négociations et à offrir des places vacantes pour tous ceux qui souhaitent participer au dialogue », a-t-il martelé.

Ousmane Gaoual Diallo invite donc la classe politique, notamment les Forces Vives de Guinée à rejoindre le cadre de dialogue interguinéen institué par le CNRD.

« Je lance un appel à la classe politique guinéenne pour qu’elle fasse preuve de responsabilité et qu’elle saisisse cette opportunité de dialogue qui est toujours disponible. Il est possible de manifester, mais il est également possible de se réunir autour de la table pour discuter. Ces deux approches ne sont pas incompatibles, et il est de notre devoir de trouver des mécanismes de résolution des crises qui favorisent la paix et le progrès de notre nation », a-t-il laissé entendre.

Sélectionné pour vous :  Siguiri : Comment les enfants disparus à Tombolia ont été retrouvés à Kouremalé?

En fin de compte, ajoute le porte-parole du gouvernement, « nous avons tous une responsabilité, en tant qu’acteurs politiques et en tant que gouvernement, pour le bien-être de notre pays. Les crises, les débats politiques et les dialogues seront toujours présents, mais il est essentiel que nous travaillions ensemble pour les résoudre de manière constructive », a dit le ministre Ousmane Gaoual Diallo.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...