Sélectionné pour vous :  Annulation du report de la présidentielle sénégalaise : Ce qu'en dit le représentant du parti d'Ousmane Sonko en Guinée 

Oyé Béavogui accuse le régime d’Alpha Condé d’être complice des ennuis judiciaires de Mohamed Touré aux États-Unis

Condamnés par la justice américaine au paiement de 289 000 dollars et à 7 ans de prison dont 3 ans assortis de libération conditionnelle pour esclavagisme sur une fille guinéenne, Mohamed Touré, secrétaire général du PDG-RDA et son épouse Dénise Cros-Touré, continuent de croupir en prison. Ce, malgré les efforts fournis par son parti pour leur libération.

Interrogé ce mercredi, 9 août 2023 par un des reporters de Siaminfos.com, le secrétaire général par intérim du PDG RDA a parlé d’une campagne de levée de fonds pour faire libérer le couple.

« Pour nous, la situation devient de plus en plus inquiétante. C’est vrai que nous avons les nouvelles du camarade Mohamed Touré, il se porte très bien, sauf que la volonté du colonel à aider à la libération du camarade n’a pas encore porté ses fruits. En tant que premier responsable du PDG RDA, nous ne savons pas qu’est-ce qui a été fait? Qu’est-ce qu’ils sont en train de faire par rapport à cette libération? C’est ce qui nous inquiète parce que tirant les leçons d’un passé récent avec le régime déchu, c’était la même aspiration qu’on nous avait fait comprendre que les autorités allaient s’impliquer où il y avait plus de marge de manœuvre à pouvoir aider et même éviter le procès. Mais malheureusement, on a compris qu’ils étaient plutôt complices de cette situation. À date, si on a eu des gens qui sont prédisposés à aider, je pense qu’après 2 ans, le minimum d’efforts devrait être mis à la disposition du peuple de Guinée en terme d’informations, à la disposition du PDG RDA en terme d’informations, c’est pourquoi nous lançons cet appel à l’endroit du colonel, du CNRD et de tout le gouvernement qu’aujourd’hui, le camarade Mohamed Touré et son épouse ont besoin du soutien des autorités parce que pour nous, cette question va au delà du parti. C’est une question de dignité nationale. Tout ce que le président Ahmed Sékou Touré a eu à faire pour la Guinée, pour l’Afrique, pour les peuples premiers du monde, je pense que si les peuples ne sont pas unis pour la libération, la Guinée au moins devrait se battre pour aider à libérer le fils du président Ahmed Sékou Touré. Au-delà de tout, c’est aussi un citoyen guinéen, je pense que peu importe les raisons qui lui ont mis en mal avec la justice guinéenne, on doit essayer de trouver une solution afin qu’il puisse rentrer au pays avec son épouse », déclare le secrétaire général par intérim du PDG-RDA avant de poursuivre:

Sélectionné pour vous :  Annulation du report de la présidentielle sénégalaise : Ce qu'en dit le représentant du parti d'Ousmane Sonko en Guinée 

« Depuis l’avènement du CNRD, nous n’avons fait aucune levée de fonds, la campagne a été bloquée. Aujourd’hui, ce n’est pas une question d’argent, nous voulons que le gouvernement à travers le CNRD ou le colonel Mamadi Doumbouya, puisse poser des actes souverains. Nous les exhortons à s’impliquer d’avantage pour que le camarade puisse être libre. Malgré les multiples correspondances qui ont été adressées au président, y a pas eu de rencontre entre les autorités et le parti. Nous voulons une diplomatie pointue et aiguë. On a vu récemment avec le ministre de la Justice qui a pu extrader un Belgo-Marocain par rapport à un cas de crime qu’il aurait commis dans son pays d’origine. On a vu comment ça s’est passé, c’est le fruit d’une coopération entre les États. Je pense qu’il n’est pas exclu que cela se fasse pour le cas du secrétaire général. Nous demandons, nous sollicitons plus d’efforts pour qu’on puisse savoir ce qui est fait pour nous permettre de rassurer nos militants qui ne cessent de poser des questions, qui ne cessent de s’inquiéter par rapport à cette situation du camarade », a dit Oyé Béavogui, qui plaide à ce que le couple condamné en avril 2019, soit libéré avant la fin de la peine qui n’est plus pour longtemps.

« À date, 80 à 90 % de la peine ont été purgés. En janvier 2024, ça fera 6 ans de peine. C’est pour vous dire qu’il ne reste plus grand-chose. Mais est-ce qu’il faut attendre jusqu’à ce qu’il purge la peine de 7 ans ? Je dis non, parce que si on attend ça, la Guinée se serait déshonorée. Je pense qu’il ne faut pas attendre que la peine soit purgée pour que le camarade soit libre pour essayer de jouer aux sapeurs pompiers. Le PDG RDA ne circulera pas cette démarche. Ce qui doit être fait, c’est maintenant », prévient Oyé Béavogui.

 

Ibrahima CAMARA pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...