Sélectionné pour vous :  Report de l’élection présidentielle au Sénégal : la CEDEAO se dit « préoccupée »

Pr Bano Barry contre les nominations ‘’fantaisistes’’ en Guinée : « La pluralité du regard empêche d’introduire des gens incompétents »

Nommer à des emplois civils et militaires, relève du « pouvoir discrétionnaire » du président de la République, en Guinée. Cette expression bien encrée dans les esprits n’est pas du goût de l’ancien ministre de l’Éducation Nationale et de l’Alphabétisation. Pr Amadou Bano Barry, puisque c’est de lui qu’il s’agit, laisse entendre qu’il est anormal que le chef de l’État nomme à tous les emplois civils et militaires.

Selon lui, c’est l’une des causes du laisser-aller qui caractérise aujourd’hui l’administration guinéenne : « Pourquoi en Guinée, tout le monde souhaite que le président nomme à tous les emplois civils et militaires ? Lorsque le président doit nommer à tous les emplois civils et militaires, vous n’avez besoin que de contrôler le président, vous n’avez pas besoin de contrôler tout le monde. Vous êtes chez lui, vous mangez et dormez avec lui, vous passez toute la journée ensemble et vous devenez l’intermédiaire. C’est-à-dire vous introduisez les nominations. Lorsqu’elles arrivent, vous les falsifiez, et c’est comme ça que les gens vivent. Ce qui fait qu’en réalité, le président signe un papier dont il n’a pas de conscience, il ne sait même pas qui a été nommé. Un président de la République ne peut pas nommer tout le monde, mais il ne connait pas tout le monde. Donnez-lui la possibilité de nommer à un niveau où il est capable de contrôler les ministres, les chefs militaires, les ambassadeurs et son cabinet. Le reste, il faut laisser la possibilité aux autres de le faire, parce qu’en ce moment, le ministre assume sa responsabilité. Pourquoi il y a les désordres dans tous les ministères en Guinée, ils sont nommés par décret », a-t-il fait remarquer.

Sélectionné pour vous :  Report de l’élection présidentielle au Sénégal : la CEDEAO se dit « préoccupée »

A en croire le sociologue, la donne doit changer s’il faut espérer un résultat : « Les gens à nomination, c’est le ministre qui fait la proposition, c’est discuté en conseil interministériel, ensuite c’est discuté en conseil des ministres. Et c’est en conseil des ministres que la décision de nomination est prise. La pluralité du regard empêche d’introduire des gens incompétents. Dès qu’on dit c’est pouvoir discrétionnaire, c’est le mot que je déteste de plus quand j’entends les juristes dire ça, j’ai envie de me suicider, parce que tout simplement cela signifie que je peux prendre n’importe qui dans la rue pour le nommer, mais c’est impossible. Mais on ne peut pas nommer n’importe qui à n’importe quel poste », a rappelé Pr Bano chez nos confrères de FIM FM.

 

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...