Sélectionné pour vous :  Le Conseil national du dialogue social mandaté pour dialoguer avec le mouvement syndical : Ce qu'en dit Abdoulaye Sow de FESABAG

Monts Nimba : Un appui aux communautés riveraines pour leur développement socioéconomique

Principal partenaire financier du programme d’appui pour la préservation des écosystèmes forestiers en Afrique de l’ouest, l’Union européenne vole au secours des populations riveraines des Monts Nimba. Situé en plein milieu de cette biodiversité, le district de Seringbara dans la Sous-préfecture de Bossou bénéficie de l’appui en équipements d’extraction d’huile rouge, en pépinières de palmier à huile et autres cultures pérennes. Au micro du correspondant de Siaminfos.com, Jolita PONS a parlé de la motivation de son institution dans son programme d’aide aux communautés.

« Nous sommes ici pour notre projet de conservation de la biodiversité. C’est très important de travailler avec les communautés parce qu’elles jouent un rôle important dans la conservation de la nature ici. Des efforts ont été déployés pour apporter le soutien et on va continuer le processus pour voir d’autres mesures d’accompagnement qu’il faut prendre à la fois préserver l’environnement et aider les communautés à les rendre autonomes pour ne pas qu’elles interviennent dans les domaines qui doivent être conservés ».

Premier groupement bénéficiaire de ce programme des partenaires de l’État guinéen, la Présidente du groupement Zoa a relaté les difficultés jadis rencontrées dans la recherche de leur subsistance.

« Avec la méthode d’extraction traditionnelle qu’on fait ici, ça fatigue beaucoup. Il faut 4 personnes pour manipuler le pressoir. Raison pour laquelle nous vous remercions beaucoup de nous avoir offert des kits d’extraction moderne. La doléance que nous avons, c’est de nous aider à installer la machine. Parce que nous n’avons pas de technicien pour ça. Avec d’autres activités telles que la saponification, la plantation et autres, ça nous permet d’être autonomes et oublier la réserve. Quand les femmes sont autonomes, elles ne vont pas faire du charbon, les hommes aussi n’iront dans la forêt pour le braconnage et détruire les espaces. C’est pourquoi nous nous sommes associés en groupement pour travailler. Parce qu’une seule personne ne peut pas développer la communauté, » a fait savoir Solange Gamy, Présidente du groupement Zoa de Seringbara.

Sélectionné pour vous :  Crise socio-économique en Guinée : voici ce que le président du BAG propose aux Guinéens pour s'en sortir

La préservation de la faune de cet écosystème abritant plusieurs espèces menacées d’extinction est l’autre volet de programme ouest-africain couvrant 5 massifs forestiers dont 4 en Guinée, au Liberia, en Côte d’Ivoire et 1 au Nigeria.

 

N’zérékoré, Lanceï Naboun pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...