Sélectionné pour vous :  Qualifications JO U23 Dames : Le Ghana étrille la Guinée à domicile (0-3)

Santé/Projet C19RM : COPAJEAF Guinée tient une rencontre de suivi avec les acteurs communautaires de Dixinn sur la prise en compte des populations à risque

En collaboration avec les acteurs communautaires de la commune de Dixinn, l’ONG Conseil Promotionnel pour l’Action des Jeunes en Afrique (COPAJEAF Guinée) a organisé ce lundi, 13 novembre 2023, une rencontre de suivi de l’effectivité de la prise en compte des populations clées, populations à risque (diabétiques, les hypertendus, tuberculeux) dans les zones de fortes incidences de la COVID-19 et du paludisme. Elle s’est tenue dans la salle de réunion de la Direction communale de la santé de Dixinn. C’était en présence de la Directrice communale de la santé, des chefs de centres de santé de la commune, des représentants de CRS, de la Direction nationale de la santé communautaire et de plusieurs autres participants.

Cette rencontre d’échange et de partage avec les acteurs impliqués dans la santé communautaire de Dixinn s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du « Projet de mobilisation communautaire de la subvention C19RM ». Financé par Catholic Relief Services (CRS) pour la période du 03 mars au 31 décembre 2023, ce projet vise à atténuer l’impact de la COVID-19 sur la lutte contre la tuberculose, le VIH et le paludisme.

Saran Keïta, Directrice exécutive de COPAJEAF Guinée, l’ONG en charge de la mise en œuvre du projet explique l’objectif de cette rencontre d’échange et de partage avec les acteurs communautaires.

« Nous avons eu plusieurs rencontres concernant le paludisme dans le contexte COVID-19. Vous savez, nous avons une certaine catégorie de nos populations qui se sent abandonnée. Ce sont les diabétiques, les hypertendus… Donc, il fallait faire venir les responsables des centres de santé, échanger avec eux pour savoir comment est-ce qu’à leur niveau le paludisme est traité, parce que comme vous le savez le paludisme a plus d’effets sur ces personnes là que sur des personnes qui ne sont pas atteintes de ces maladies. Donc, ce sont des personnes vulnérables. Et aujourd’hui, ça a été une activité de mise en œuvre, à savoir écouter les responsables des centres et aussi savoir comment est-ce qu’ils font leurs prises en charge », a-t-elle laissé entendre.

Représentante du ministère de la santé à cette rencontre, Dr Oularé Néné, chargée d’études à la direction nationale de la santé communautaire et de la médecine traditionnelle relève l’importance de ces échanges et encourage l’ONG COPAJEAF Guinée à continuer à œuvrer dans ce sens.

« Cette activité est intéressante, parce que COPAJEAF est en train d’évoluer sur le projet C19RM qui est un projet qui devait se tenir sur la COVID-19 et sur ce que nos acteurs doivent faire sur le terrain. Certes, la zone de Conakry n’est pas encore couverte par la santé communautaire, mais c’est des perspectives que nous allons faire. Les activités communautaires sont importantes surtout que COPAJEAF fait la sensibilisation des acteurs sur le terrain au niveau communautaire, les taxis moto et surtout les leaders religieux parce que c’est surtout dans le cadre de la médecine traditionnelle qui est très intéressant puisque nous voulons vraiment collaborer avec les acteurs de la médecine traditionnelle pour éviter beaucoup de désaccords qui se passent sur le terrain par rapport à la prise en charge des maladies, surtout dans nos communautés qui posent beaucoup de problèmes parce qu’on réfère les malades dans un cadre compliqué que nous ne souhaitons plus. Donc, nous voulons qu’il y ait une amélioration de la santé des communautés à la base. Et cette amélioration ne peut pas se faire sans la sensibilisation… Nous encourageons COPAJEAF sur ce terrain et à continuer leurs interventions », a-t-elle lancé.

Sélectionné pour vous :  Siguiri: plusieurs quartiers dans le noir, malgré l'arrivée de deux groupes électrogènes de 2000 KVA chacun 

De son côté, Noël Rose Lamah, responsable de la gestion des OSC à CRS Guinée, l’institution partenaire qui finance la mise en œuvre se dit satisfaite de ces échanges et exhorte l’ONG à impliquer activement les cibles du projet.

« J’ai un sentiment très satisfaisant par rapport d’abord à l’implication de toutes les parties prenantes, parce que j’ai vu que la DCS était vraiment informée, elle s’est vraiment appropriée de l’activité. Ce qui veut dire qu’il y a eu un travail en amont, il y a eu une collaboration entre les membres de l’ONG qui fait la mise en œuvre et la DCS. J’ai vu les autres parties qui ont aussi été invitées, les chefs de centres, les OSC de la localité… Alors moi à mon niveau je suis vraiment satisfaite, parce que je pense que les objectifs de ce jour ont été atteints et je suis convaincue que les autres activités qui ont été préalablement mises en œuvre dans la localité, leurs objectifs ont été atteints. L’appel à l’endroit de cette structure, c’est de continuer dans cet élan, c’est-à-dire impliquer toutes les parties prenantes. La deuxième des choses, c’est de faire en sorte que l’activité puisse toucher les vrais bénéficiaires, faire en sorte que les bénéficiaires directs soient atteints afin que le changement auquel nous attendons puisse être atteint » a exhorté la représentante du CRS à cette rencontre.

Pour sa part, Dr Saran Camara, Directrice communale de la santé de Dixinn quant à elle s’est réjouit de la bonne collaboration qu’entretient l’ONG et son service, mais aussi des actions que COPAJEAF Guinée réalise dans sa juridiction.

« Notre collaboration avec l’ONG COPAJEAF est très bonne. Nous nous réjouissons de leur collaboration, parce que c’est l’une des premières ONGs qui sont venues vers nous demander une collaboration. Et c’est ce que nous cherchons. Et surtout l’ONG fait des sensibilisations dans la communauté, auprès de nos populations par rapport à leur prise en charge concernant l’hypertension, le diabète, la tuberculose et le VIH. Ces maladies sont devenues désormais un problème de santé publique. Actuellement, tous les cas qui viennent, si ce n’est pas tuberculose, c’est diabète ou bien l’hypertension. Maintenant si une ONG vient auprès de nous pour nous aider à faire la sensibilisation pour que les malades acceptent leur prise en charge, vraiment on ne fera que les remercier », a-t-elle martelé.

A noter que sur les douze activités que l’ONG COPAJEAF Guinée est appelée à réaliser sur le terrain pour la mise en œuvre du « Projet de mobilisation communautaire de la subvention C19RM », neuf ont été déjà réalisées avec la plus grande satisfaction des bénéficiaires et des parties prenantes.

 

Abdourahmane Pilimini Diallo pour siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...