Sélectionné pour vous :  Opérationnalisation de l'aide juridictionnelle en Guinée : le ministre de la Justice passe à la vitesse supérieure

Retrait du Mali de la CEDEAO : Que dit la communauté malienne vivant à Kankan ?

Après sa rupture avec la France il y a quelques mois, le Mali vient d’officialiser son retrait de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Depuis l’officialisation de cette nouvelle, les réactions fusent de partout. Dans la commune urbaine de Kankan, cette nouvelle est accueillie à bras ouverts par certains ressortissants maliens.

Pour le président du consulat malien, la CEDEAO n’a jamais œuvré pour le bonheur du Mali.

« Nous avons tous appris cette nouvelle sur les réseaux sociaux et dans les médias. Nous l’avons beaucoup appréciée, car nous avons constaté que la CEDEAO ne cherche pas le bonheur du Mali. Quand on pense à la CEDEAO, c’est le regroupement de plusieurs pays. Mais depuis le début, nous n’avons pas aimé cette institution. Pendant plus de 10 ans, il y a eu la guerre au Mali, mais nous n’avons jamais vu d’aide venir de la CEDEAO. La CEDEAO est une institution africaine, mais aujourd’hui, nous avons l’impression que c’est la France qui la dirige. C’est pourquoi rien ne bouge à la CEDEAO. Si la CEDEAO était pour nous, elle n’aurait pas continué à nous imposer des embargos. Nous ne sommes pas le seul pays à avoir subi un coup d’État, alors pourquoi n’avons-nous pas le même sort que les autres pays en transition? « , s’est interrogé Saïdou Nourou Diallo, président du consulat malien.

Moussa Senayoga, secrétaire général des Maliens vivant à Kankan, soutient également cette décision. Pour lui, les dirigeants actuels de la CEDEAO ne savent pas pourquoi cette institution a été créée.

Sélectionné pour vous :  Débat Constitutionnel : l'Association des greffiers demande la réclusion criminelle à perpétuité contre tout auteur d'un coup d'Etat

« La CEDEAO a été créée par nos braves dirigeants, Sékou Touré, Moussa Traoré, Nkuamen Kourouma et d’autres. En mettant en place la CEDEAO, ils avaient pour objectif d’unir toutes les nations pour leurs intérêts. Dans ce cas, si un pays voit son intérêt menacé et que l’institution ne fait aucun effort pour satisfaire ce pays, il a toutes les raisons de se retirer de la CEDEAO. J’apprécie cette décision car elle nous permettra de ne pas nous faire d’ennemis en Afrique de l’Ouest. C’est une décision qui a été bien réfléchie et qui nous évitera le pire », dit-il.

Alors que de nombreux spécialistes des relations internationales se préoccupent de l’avenir de ces pays du désert, Moussa Sinayogo appelle plutôt les Africains à une prise de conscience.

« Cette décision n’aura aucun impact sur le Mali. Avant la colonisation française et la création de la CEDEAO, comment vivaient les pays africains ? Nous avons vécu, il faut que les Africains prennent conscience. L’Africain doit accepter de travailler, nous ne devons pas continuer à vivre aux dépens des autres. Il faut que nous nous réveillions », a conclu Moussa Sinayogo.

Il est important de rappeler que le Mali n’est pas le seul pays à se retirer de la CEDEAO. Le Burkina et le Niger en font également partie.

 

Kankan, Pathé Sangaré pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...