Sélectionné pour vous :  Arriérés de salaire des enseignants contractuels : l'Etat décide de payer deux mois

Condamnation de Sékou Jamal Pendessa : Amnesty International exige la libération du syndicaliste

Le tribunal de première instance de Dixinn a rendu son verdict ce vendredi, 23 février 2024, dans l’affaire Sékou Jamal Pendessa. Malgré les multiples appels faits par le mouvement syndical pour sa libération immédiate et sans condition, le journaliste et secrétaire général du syndicat des professionnels de la presse de Guinée a été retenu coupable des faits de participation délictueuse à un attroupement, de provocation d’une réunion sur la place publique, menace et atteinte à l’ordre public, à la sécurité, à l’intégrité et à la dignité par le juge en charge du dossier qui l’a par la suite condamné à six mois de prison dont trois mois de sursis et au paiement d’une amande de 500 mille francs guinéens. Face à cette condamnation, Amnesty International se fait voix et appelle à sa libération.

Cette condamnation de Sékou Jamal Pendessa est arbitraire selon cette organisation internationale de défense des droits de l’homme. C’est pourquoi, Amnesty International appelle la justice guinéenne à libérer le journaliste qui selon elle, n’a fait que son travail.

<<Sékou Jamal Pendessa a été condamné aujourd’hui à 6 mois de prison dont 3 avec sursis pour avoir défendu le droit à la liberté d’expression. Sa détention est arbitraire. Il doit être libéré>>, signe et persiste l’organisation.

 

Cheick Fantamadi pour Siaminfos.com

Sélectionné pour vous :  Unification des inscriptions dans les écoles guinéennes : ce que pense la FSPE (Fédération syndicale professionnelle de l'éducation)
Laisser une réponse
Share to...