Sélectionné pour vous :  Michel Pépé Balamou pose le diagnostic du système éducatif national : <>

Siguiri : des jeunes rouges de colère mettent à sac une radio privée, à Lèro

Ils étaient plus d’une centaine de jeunes à s’en prendre à la radio Milo Fm de Lèro samedi dernier, où ils ont détruit les matériels du média avant de chasser les deux journalistes qui étaient en pleine émission. Selon nos informations recueillies sur les lieux, ces jeunes seraient en colère contre cette radio privée pour avoir diffusé dans son journal une déclaration de l’inspecteur régional de la jeunesse de Kankan.

Joint par téléphone, la directrice de la radio Milo Fm de Lèro Jeannette Jacky Traoré est revenue brièvement sur leur mésaventure.

 »Nous avons été attaqués par des jeunes frustrés du district de Lèro dans la nuit du samedi à dimanche pour caillasser nos matériels et emporter certains de nos objets de grande valeur. Ces jeunes nous en veulent parce que tout simplement nous avons fait passer dans notre journal en maninka, la déclaration d’une autorité régionale de la jeunesse du nom de Babou Cherif. D’abord, ils avaient demandé la destitution de leur président de la jeunesse Tizo Cissé. Et quelques jours après, l’inspecteur régional de la jeunesse de Kankan est venu en mission dans le but d’éclairer la situation. Donc, il avait invité la presse pour prendre part à la réunion car il devrait faire une déclaration par la suite. Ainsi, dans sa déclaration après la réunion avec les acteurs, il a dit que Tizo Cissé reste et demeure le président de la jeunesse de Lèro et aucun changement n’est pour le moment à l’ordre du jour par le CNRD. Donc après cette déclaration, on devrait la traiter et la balancer dans le journal et entre temps, c’est l’un des jeunes qui m’appelle pour me demander de ne plus diffuser cette déclaration de l’inspecteur. Chose que j’ai d’ailleurs refusée. Et pendant qu’on était en train de diffuser l’élément dans le journal, ils sont venus en centaine à la radio pour nous agresser, détruire nos matériels et ensuite, emporter quelques objets de valeur. Aujourd’hui, nous avons porté plainte contre eux et la procédure suit son cours normal », a déclaré la directrice.
Pour l’heure, ces mis en cause ne souhaitent pas s’exprimer sur ce sujet et préfèrent laisser la justice faire son travail.
À suivre !

Sélectionné pour vous :  Conduite de la transition par le CNRD : « Doumbouya n’a pas la main libre, il est pris en otage aujourd’hui », estime Doussou Condé

 

Siguiri, Mamadou Koumana Diallo pour Siaminfos.com

Laisser une réponse
Share to...