Sélectionné pour vous :  Conakry : accrochage entre jeunes manifestants et forces de l'ordre à Bomboli

Takana Zion en colère : « L’industrie de la musique est morte en Guinée parce qu’il n’y a aucune maison de distribution »

Vraisemblablement, le reggae man guinéen en a gros sur le cœur à cause des nombreux manquements au sein de la culture guinéenne. A en croire Mohamed Mouctar Soumah, alias Takana Zion, l’industrie musicale du pays bat de l’aile aujourd’hui.

Joint au téléphone ce jeudi, 6 juillet 2023, il a tenu à dire ses quatre vérités : « Les gens jouent le grand dans la culture alors qu’ils ne connaissent pas grand-chose (…) L’industrie de la musique est morte en Guinée parce qu’il n’y a aucune maison de distribution. Ceux qui gouvernent la culture, ils ne parlent jamais d’édition. L’autre fois, j’ai parlé avec un membre du BGDA (Bureau guinéen des droits d’auteurs, ndlr) qui m’a dit que j’ai une conception anglophone de l’industrie musicale. Ce n’est pas une conception anglophone, s’il n’y a pas d’éditeurs, de maisons d’édition, les artistes ne peuvent pas avoir leurs droits. Combien de fois les morceaux de Takana ont été joués ce mois ? Combien de fois les morceaux de tel artiste ont été joués ce mois ? Toutes les radios privées, toutes les télés, à chaque fois qu’un artiste fait une prestation scénique et qu’il représente un morceau qui a été déclaré au BGDA, il doit être rémunéré », a-t-il dénoncé chez nos confrères de la radio Espace.

 

Mohamed Lamine Souaré pour Siaminfos.com

Sélectionné pour vous :  NIGER - CEDEAO : Vers un conflit armé par procuration ? (Par Dr KAKE Makanera Al-Hassan)
Laisser une réponse
Share to...