Sélectionné pour vous :  Mamou : 450 kilogrammes de chanvre indien et 14 boules de la drogue kush saisis par les services de sécurité

Timbo (Mamou) : tenue de la troisième édition de la ziara de Karamoko Alfa, Almamy Ibrahima Sory Mawdho et des Tekouns

Reportée en décembre dernier suite à l’explosion du principal dépôt d’hydrocarbures de Kaloum, la 3ème édition de la Ziara de Karamoko Alfa Ibrahima Sambégou Barry, Almamy Ibrahima Sory Barry et les Tekouns s’est finalement tenue du 15 au 16 février 2024 à Timbo, dans la préfecture de Mamou. Cette cérémonie religieuse organisée par le Haut conseil des anciens du Timbo et la fondation Karamoko Alfa a été honorée par la présence des milliers de fidèles venus des quatre coins de la Guinée et d’ailleurs.

Pendant 2 jours, ce beau monde s’est remémoré la vie et les œuvres de Karamokô Alfa mo Timbo, Almamy Ibrahima Sory Mawdho et des Tekouns. Une veillée nocturne, des cantiques religieux, des prières, des recueillements et des récits sur la vie de Karamokô Alfa Ibrahima Sambégou, Almamy Ibrahima Sory Mawdho et des Tekouns ont été faits à cette 3ème édition.

Une occasion pour les descendants des familles Alphaya, Sorya et des Tekouns de revenir sur la vie de ces hommes qui ont marqué l’histoire du Foutah théocratique. Elhadj Alseny Barry, descendant de Karamoko Alfa parle de son ancêtre.

« Parlant de Karamokô Alfa mo Timbo, je trouve même qu’il est le précurseur de l’islam. Précurseur parce que c’est lui qui a fait le rêve que Dieu a accordé et qu’il peut s’adresser à ses collègues pour faire le Djiha après avoir observé un jeûne de 7 ans, 7 mois, 7 jours. Et c’est ainsi qu’ils se sont retrouvés en 1725 à Talansan. Almamy Sory Mawdô, c’est son frère, il ( Karamokô Alpha) l’adorait et c’est son maître. Donc, on ne peut comparer les deux. C’est comme Seidina Alya et le prophète Mohammed ( psl) », a-t-il mentionné.

Pour sa part, Elhadj Amadou Oury Barry, membre du Haut conseil des anciens du Timbo, en même temps un des descendants de l’Almamy Ibrahima Sory Mawdho, a mis l’occasion à profit pour expliquer le bien-fondé de cette Ziara.

« C’est un devoir accompli. Ce devoir a commencé en 1995 par un grand sacrifice à Timbo ici. Au cours duquel on a dit, n’oublions pas notre passé. Revivons notre passé. Enseignons à nos enfants, nos coreligionnaires ainsi qu’aux citoyens ce que était notre passé. Donc ce passé si vous le prenez, de 1725 à 1896 , 14 Almamy qui se sont succédés dont 7 de Alphaya et 7 de Sorya. Donc aujourd’hui, le sentiment que j’ai, nous allons lentement mais sûrement. Nous devons accélérer cette prise de conscience. Le fait d’expliquer qui est Karamokô Alfa, qui est Almamy Ibrahima Sory Mawdho, c’est important pour les générations actuelles et futures », a-t-il ajouté.

Sélectionné pour vous :  Politique : sept (7) partis démissionnent de l'ANAD dirigée par Cellou Dalein Diallo

En ce qui concerne  la contribution des Tekouns dans le Fouta théocratique, Alpha Boubacar Diallo précise que « les Tekouns sont une partie déterminante dans le djihad islamique pour l’islamisation du Foutah en 1725. Il y avait 7 grandes familles à Timbo qui se complétaient et qui se distinguaient par leur compréhension de l’islam et vision de la pacification de la région. Les deux grandes familles de Karamoko Alpha et Almamy Sory constituent les Tekouns Mawdô. Et les autres Tekouns sont constitués de Mody Maka Mawdho, Thierno Maka Mawdho, Thierno Youssouf, et de Thierno Malal. Les uns s’occupaient de la planification de la guerre, les autres, de l’islamisation, de la fédération des marabouts, etc… pendant cette guerre sainte qui s’est tenue en 1725 », précise t-il.

Prenant part à cette 3ème édition de la Ziara, le gouverneur de la région administrative de Mamou, colonel Aly Badra Camara s’est réjoui du climat qui a caractérisé ce rendez-vous religieux.

« Je remercie les organisateurs qui ont traduit leur foi en Dieu. Organiserla  Ziara, c’est encore traduire la foi qui parle de la paix. Et c’est ce que notre cher président nous demande. Voir toutes ces filles et tous ces fils mobilisés autour de l’islam, partout dans les Mosquées, dans les églises, c’est le même message. Donc, il faut remercier les organisateurs pour la tenue de cette 3ème édition de Ziara à Timbo », s’est-il félicité.

C’est par une note de satisfaction globale que cette cérémonie religieuse a pris fin.

 

Mamou, Saidou Kourouma pour Siaminfo.com

Laisser une réponse
Share to...