Sélectionné pour vous :  Faranah: les membres du nouveau bureau de la chambre régionale d'agriculture installés

Un promoteur de l’écriture N’ko à Kankan : « l’Etat guinéen doit instaurer l’écriture N’ko dans le système éducatif » 

Créée en 1949 par le savant Solomana Kanté, les adeptes de l’écriture N’ko restent engagés dans la dynamique de la promouvoir et la vulgariser non seulement à travers la Guinée, mais aussi l’Afrique et le monde entier. Dans la commune urbaine de Kankan, des personnes comme Nanfo Ismaël Diaby se sont vivement illustrées dans ce domaine.

Dans un entretien accordé au correspondant de Siaminfos.com ce week-end, Dr Mamoudou Kotéban Camara tradi-thérapeute et enseignant de N’ko, a émis le souhait de voir cette écriture être instaurée dans le système éducatif guinéen. Pour lui, cela pourrait permettre aux apprenants de comprendre la science au même titre que les occidentaux :

« Nous savons que la langue a une capacité dans cette vie. Si nos langues sont écrites, l’Etat guinéen doit faire tout possible pour instaurer l’écriture N’ko dans les écoles primaires, collèges et lycées bref dans le domaine de la science, puisque la science n’a pas de nom ni de langue. Elle ne connait que celui qui l’applique mais reste soudée à la langue, donc une fois que le N’ko est enseigné dans nos établissements, on pourrait voir le chemin du développement. Si nous faisons une comparaison entre l’Afrique et les autres pays du monde comme le Japon par exemple, tu verras que les petits japonais de 18 ans fabriquent des machines à travers leur langue, puisque c’est dans ça qu’ils étudient. Si nous aussi nos langues sont introduites dans le système éducatif guinéen, on pourra connaitre la science à bas âge. Si vous voyez que les gens terminent la physique ou la chimie à l’université mais ils sont dans l’incapacité de créer un objet de façon scientifique, c’est parce que nous étudions dans la langue des autres, on voit la science à distance», fait-il remarquer.

Sélectionné pour vous :  Cosa/Simbaya 1 : à la rencontre des citoyens qui font face à un manque d'eau dans les robinets 

Depuis quelques années, le N’ko est mal perçu par bon nombre de Guinéens à cause de l’imam Nanfo Ismaël Diaby, qui a dirigé la prière avec. Mais force est de constater que les adeptes de cette écriture évoluent dans bien d’autres domaines qui ne sont pas liés à la religion. En 2020, Dr Mamoudou Kotéban Camara avait dit avoir trouvé un vaccin efficace contre le COVID-19, une découverte qui serait le fruit de ses prouesses médicales à travers le N’ko. Mais cette information bien que diffusée dans la presse, a été prise à la légère par les autorités sanitaires d’alors. C’est pourquoi notre interlocuteur lance cet appel : « On lance un appel aux autorités guinéennes pour que le N’ko puisse être enseigné dans nos écoles comme les autres écritures», a-t-il lancé.

Cet appel tombera t-il dans les oreilles des acteurs du système éducatif guinéen? L’avenir nous édifiera.

 

Depuis Kankan, Cheick Ahmed pour Siaminfos.com.

Laisser une réponse
Share to...